2010-2019 en 100 chansons

Une nouvelle décennie se termine et c’est maintenant l’heure du bilan. On clôture la décennie avec une sélection de 100 titres où la deep house, la techno, la pop, le punk hardcore, le rap, le classique, la folk, le RnB, l’électro ou encore le rock ont parfaitement trouvé leur place.

100) EVIL NINE feat DANNY BROWN – The Black Brad Pitt (Gesaffelstein Remix) (2012)

Si le morceau original était déjà une franche réussite, la relecture de Gesaffelstein l’amène définitivement à un niveau supérieur. Ce remix, c’est un rouleau compresseur électro dark et industriel, du hip hop futuriste sorti tout droit de l’enfer. A l’époque le lyonnais envoyait le bouillon et au côté d’un énergumène comme Danny Brown, cela ne pouvait que fonctionner.

99) SLOWDIVE – Slomo (2017)

22 ans après son dernier opus, Slowdive refaisait son apparition en 2017 sur un excellent album éponyme et signait là l’une des plus belles ouvertures de cette décennie. Fragile et émouvante, Slomo est une composition de dream pop d’une beauté foudroyante, on en ressort hésitant, presque perdu, touché en plein cœur. La voix céleste de Rachel Gosswell fait ici des miracles.

98) JOACHIM PASTOR – Millenium (2016)

Sur le très recommandable label Hungry Music, Joachim Pastor aura avec ses collègues Worakls et N’To signé un nombre conséquent d’excellents EP. Milleniumest sa plus grande réussite. Il compose là l’un des plus beaux titres de deep house de ces dernières années, plein d’une douce mélancolie euphorisante qui vous envahit de la tête aux pieds.

97) ROSA ANSCHUTZ – Rigid (Kobosil remix) (2019)

En digne représentante de sa ville d’origine, Rosa Anschutz la berlinoise dessine là des paysages urbains désaffecté et froid, l’idée même que l’on peut se faire de cette ville au charme magnétique. Kobosil vient y ajouter un kick destructeur faisant évoluer ce sombre morceau de post punk en véritable hymne techno, idéal pour votre prochain set à 5 heures du matin.

96) SKY FERREIRA – I Blame myself (2013)

En 2013, elle fut une véritable révélation dans la sphère indiepop. Parfaitement entouré, on trouvait sur son premier album un titre aussi envoutant qu’ I Blame Myself qu’à dut jalouser Madonna en secret. Un peu provocatrice et surtout très vulnérable, Sky Ferreira se dévoilait en partie sur cet habile mélange de pop et de new wave pour le moins très efficace.

95) KID FRANCESCOLI – Moon (2017)

Kid Francescoli dévoile ici un magnifique morceau électropop extatique. Durant près de six minutes il nous emmène dans un voyage sonore où la mélancolie tutoie le sublime. Idéalement le genre de track qui pourrait conclure n’importe quel set de Deep House On comprend bien pourquoi les publicitaires s’intéressent aux morceaux de ce producteur français encore trop méconnu.

94) LOCAL NATIVES – Café Amarillo (2019)   

C’est peut-être le doux soleil de leur Californie natal qui aura inspiré Café Amarillo aux cinq membres de Local Natives. C’est là l’indie pop comme on l’aime, un remarquable assemblage d’harmonies vocales, de guitare, d’une basse moelleuse et d’une batterie en parfaite symbiose. Ce morceau solaire saura emmener en quelques notes sur les routes de la côte ouest américaine.    

93) SHARON VAN ETTEN – Afraid of nothing (2014)

Ouvrant son 4ème album, Afraid of nothing est un morceau capable de vous emporter dès ses premières et sublimes notes de piano et de guitare. Sharon Van Etten émeut grandement avec sa jolie voix grave et cassé auquel vient s’y ajouter des cordes mélancoliques et tristes. Il faudrait avoir un cœur de pierre pour pouvoir y résister.

92) CHVRCHES – Clearest blue (2015)

Lauren Mayberry et ses deux acolytes ont certainement du écouter Depeche Mode en boucle au moment de l’enregistrement de ce titre. A une première partie électropop très synthétique et rythmé vient se greffer un hommage (in)volontaire mais réussi au classique Just Can’t Get Enough. C’est aussi la preuve flagrante du talent évident des écossais pour pondre des mélodies qui vous accrochent immédiatement les tympans.

91) HOLLY MIRANDA – Waves (2010)

Sur son recommandable second album, Holly Miranda a su habilement marié sa douce folk à de solides influences dream pop. En résulte une petite merveille comme Waves qui durant près de cinq minutes nous fait complétement décoller les pieds du sol et dans lequel on retrouve toute la sensibilité et la fragilité de la compositrice américaine.

90) H09909 – Knuckle Up (2017)

Comment définir au mieux cette pure décharge d’énergie ? Une sensation de fin du monde, un  rouleau compresseur écrasant tout sur son passage ? Tournant autour d’un refrain absolument monstrueux, Knuckle Up est une bombe de Punk Hip hop d’une puissance incroyable, le genre de morceau capable de vous réveiller un mort, à expérimenter en live pour encore plus de sensations fortes. 

89) BILL FAY – Never Ending Happening (2012)

Bill Fay, compositeur anglais disparu des radars dans les années 70 effectue là un retour salutaire. Never Ending Happening est un trésor caché, une pépite méconnue d’une grâce infinie mêlant espoir et désespoir et côtoyant le sublime en toute simplicité au son de ces quelques notes de piano d’une beauté folle.

88) SCHACKE – Kisloty People (2019)

Et pendant ce temps-là en Russie…On connaissait Nina Kraviz ou encore Proxy, voici venir Schacke. Composé en hommage au club Kisloty de Saint Petersburg, ce fantastique et étonnant track est un mélange improbable entre techno marteau piqueur et dance music 90’s. Ce captivant morceau risque de venir petit à petit vous vriller le cerveau, vous êtes prévenus.

87) YOU MAN – Birdcage (2013)

Birdcage est le morceau qui a fait décoller la carrière des calaisiens de You Man. Le duo construit là une envoutante composition d’électro spatiale où tous les éléments s’imbriquent parfaitement autour d’une fraiche et ensorcelante mélodie synthétique. Le genre de track obsédant que vous entendez une fois et qui ne vous lâche plus de la journée. 

86) SPOON – Do You (2014)

Issu du brillant album They want my soul, le single Do you est un éblouissant morceau d’indie pop, profond et entraînant. Les américains nous proposent là l’une de leurs meilleures chansons, le genre à susciter l’admiration et la jalousie de nombreux groupes tant le dosage proposé y est proche de l’idéal.

85) KRYSTAL KLEAR – Neutron Dance (2018)

Quel drôle de morceau que ce Neutron Dance, rapidement devenu un hymne house au cours de l’été 2018. La première écoute est des plus anodines et au fur et à mesure, la magie opère inéluctablement. Un track euphorisant marqué de l’empreinte du groupe New Order et traversé d’une boucle entêtante qui finit par ne plus vous quitter.  

84) TNGHT – Higher Ground (2012)

Véritable coup de tonnerre, Higher Ground est sans aucun doute une pierre angulaire dans l’histoire de la trap instrumental. Une décharge d’énergie ponctuée de drops monumentaux qui vous donneront irrémédiablement des envies de sauter partout. Lunice et Hudson Mohawke, allié le temps d’un EP sous le pseudonyme TNGHT, auront durablement marqué les esprits. 

83) MOHA LA SQUALE – Bienvenue à la banane (2017)

Le jeune parisien est rapidement devenu l’une des nouvelles coqueluches du rap français et  à l’écoute de ce titre, on comprend aisément pourquoi. Inspiré et nourrit par la réalité pas toujours très rose de son quartier, il pose ici un texte brut d’une grande honnêteté. Un flow incisif, une instru désenchanté pour un grand morceau de rap français.

82) RADIOHEAD – Daydreaming (2016)

Ça débute comme un joli morceau d’ambiant avant qu’un piano triste ne vienne rapidement nous plonger dans la torpeur et la détresse. Un peu égaré dans une forme d’indie pop expérimentale depuis In Rainbows, Tom Yorke et les siens renouent ici avec une émotion et une fragilité plus palpable. Voilà un sublime titre accompagné pour l’occasion d’un clip saisissant signé Paul Thomas Anderson.

81) VALD – Désaccordé (2018)

Ah ouais ouais ouais, ah ouais ouais ouais. Ce gimmick entêtant et simple nous aura longtemps trotté en tête. Produit par Seezie, Désaccordé est un single en béton où Vald délivre un texte brillant démontrant à ceux qui en doutait encore, ses réelles capacités d’écritures. 120 millions de vues plus tard, ce titre est devenu un incontournable du rap français des années 2010.

80) DJ KOZE – Seeing Aliens (2018)

Si vous vous demandiez quel morceau choisir pour votre prochain trip à l’autre bout du monde, vous devriez essayer Seeing Aliens, morceau évasif d’une profondeur rare. De la Tech house cotonneuse aux textures oniriques dans laquelle on voudrait se blottir éternellement et signé par l’un des artistes les plus doués du genre, l’allemand DJ Koze. 

79) THE WEEKND – The hills (2015)

Producteur de l’ombre au début de la décennie devenu superstar par la suite, The Weeknd a su convertir les masses à son RnB un peu mélancolique et sulfureux. The Hills allie parfaitement une tension dramatique omniprésente à des effluves lascives soulignées notamment par une puissante ligne de basse. Le morceau idéal pour tester le nouveau système son de votre strip club.

78) MR MUTHAFUCKIN EXQUIRE feat DESPOT, DAS RACIST, DANNY BROWN, EL-P – The Last Huzzah (2011)

5 rappeurs, 5 univers différents et 5 couplets dantesques tournant sur un redoutable instrumental inquiétant et hypnotique. Du rap pur et dur laissant la part belle à des MC authentiques aux styles bien identifiés. Ici pas de refrain pour attirer le chaland, un pur exercice de style aboutissant à l’un des morceaux de rap les plus jubilatoires de la décennie.

77) CASSIUS – I Love You So (2010)

Cassius, grand artisan dans la création de la french touch n’est plus. Philippe Zdar s’en est allé. Producteur de grand talent, il a composé là avec son compère BoomBass l’un de ses meilleurs tracks. Chaleureux et euphorisant, cet hymne électro teinté de house est devenu un classique et il vous donnera à coup sûr un smile grand comme ça. 

76) WOODKID – Iron (2011)

Entre deux vidéoclips et la signature de bandes originales, Yohann Lemoine aura brillé le temps de l’éphémère projet Woodkid. Sur son seul album, le français aura délivré quelques pépites dont le puissant Iron. Un morceau épique conjuguant percussions tribales et hip hop dans une composition grandiloquente aux forts aspects cinématographique dont on garde tous en mémoire l’extraordinaire vidéo clip qui l’accompagne.

75) THE AVENER – Beautiful (2019) 

C’est le summer hit de l’été 2019, celui qui a dut accompagner tant et tant de voyages, de rencontres, de vacances ensoleillées. Cette pop généreuse et rayonnante, teinté d’électro, de house et baigné dans de bonnes vibes, c’est celle de The Avener qui compose là un titre plein d’insouciance à écouter sans modération aucune.   

74) MAC DEMARCO – Chamber of Reflection (2014)

C’est une soirée étrange, une ambiance des plus irréelles. Croisant ici le regard de personnes bienveillantes, entretenant là des conversations sans but. Tout parait s’y dérouler au ralenti, comme dans un rêve, il règne un climat rassurant et en fond sonore on peut y entendre ce vaporeux et splendide morceau de Mac DeMarco.

73) KOLSH – Silberpfeil (2013)

Bien sûr il y a Goldfish, évidemment on aurait pu choisir Der Alte mais Silberpfeil possède une aura et une magie supplémentaire, s’immisçant implacablement au sein de votre corps et votre l’esprit. Il n’y a pas grand-chose à faire, juste se laisser porter par ce profond track de deep house totalement hypnotisant. 

72) SHAMIR – On The Regular (2015)

Disparu aussi vite qu’il est apparu, Shamir aura délivré avec On The Regular une petite pépite à la croisée des genres. Entre électropop et fidget house, ce titre vous rentre immédiatement dans la tête. Une sucrerie synthétique pleine d’énergie, un morceau coloré et pétillant qui j’en suis sûr saura vous donner l’envie de taper du pied au minimum, de danser frénétiquement au meilleur des cas.

71) PNL – Oh Lala (2015)

Le son de PNL dans ce qu’il a de meilleur. Oh La la, c’est quatre minutes de cloud rap marqué par une sombre production flottante. Les lyrics décousus renforcent l’étrange atmosphère onirique d’un morceau singulier dans le paysage rapologique français. Que l’on aime ou pas, on ne peut que saluer la volonté du duo de sortir des sentiers battus. 

70) DUKE DUMONT – Ocean Drive (2015)

500 Millions de vues plus tard, Ocean Drive est devenu l’une des plus belles déclarations d’amour à la Dance Music de ces dernières années. Le britannique Duke Dumont, habitué des grandes fêtes à Ibiza,  alimente d’une douce euphorie cet hymne estival glorifiant les virées nocturnes dans un monde où tout semble irréel comme plongé dans un miroir déformant une réalité forcément plus terne.  

69) BON IVER – 33 God (2016)

Le géant barbu nous immerge dans une douce lumière sur le magnifique et poignant 33 GOD. Enveloppant sa folk pop de sonorité électronique, Justin Vernon est de nouveau touché par la grâce avec ce titre à la dimension spirituel. Il signe là l’un de ses morceaux les plus personnels et définitivement l’un de ses beaux.

68) COLLEGE & ELECTRIC YOUTH – A Real Hero (2011)

Indissociable des regards que s’échangent Ryan Gosling et Carey Mulligan dans Drive, A Real Hero est une foudroyante chanson quelque part entre dream pop et synth pop. Rappelant par instant les BO synthétiques de John Carpenter, ce titre est un morceau évasif, évoquant la douceur d’une longue ballade nocturne pleine d’une mélancolie urbaine palpable.

67) DRAKE feat THE WEEKND – Crew Love (2011)

Il faut le rappeler, Drake et The Weeknd au début de la décennie formaient une alliance parfaite. Crew Love, c’est le RnB sensible et lascif de The Weeknd qui vient se confronter au flow énergique de Drake. Les deux canadiens confondent leur voix à merveille sur ce titre à la production de haute volée.

66) DIVINE COUNCIL feat ANDRE 3000 – Decemba (2017)

Divine Council était quasiment anonyme et puis André 3000 est arrivé. Sur une remarquable production vaporeuse appuyée par une ligne de basse synthétique bondissante et des synthés débarquant de tous les côtés, $ilk Money délivre ici un découpage chirurgical. Le genre de couplet que l’on écoute avec admiration et assurément l’un des morceaux hip hop US les plus fascinants de ces dernières années.

65) FKA TWIGS – Cellophane (2019)

Si dans votre esprit, le pole dance se résume à un vulgaire show de strip club, il est temps de contempler le magnifique clip qui accompagne Cellophane. Quelle merveilleuse façon de mettre en image ce titre minimaliste d’une sensualité folle laissant aussi transparaitre au grand jour une fêlure interne profonde  chez cette artiste inclassable et libre.

64) KENDRICK LAMAR – Humble (2017)

Si on s’en tient aux nombres de vue sur Youtube, Humble est clairement le plus gros succès de Kendrick Lamar et de loin. Il faut dire qu’il pose là sur  l’une des productions les plus maitrisés de la carrière de Mike Will Made It. Un piano digne des meilleurs prods de Dr Dre, le flow millimétré de K Dot, un clip absolument génial et le tour est joué.

63) CHRCHES – Miracle (2018)

Portant définitivement bien son nom, ce titre était un pari osé, celui de s’attaquer à une musique plus grandiloquente et ambitieuse dans sa forme. Ce qui n’aurait pu être qu’une bouillie indigeste devient un fabuleux hymne de stade qui vous prend aux tripes jusqu’à un final explosif et virevoltant. Un single puissant pour un groupe tellement attachant.

62) TAYLOR SWIFT – Shake It Off (2014)

Affichant plusieurs milliards de vues au compteur, Shake It Off est définitivement le tube ultime de son interprète devenue au cours de la décennie l’une des reines de la pop. Une chanson sautillante qui vous rentre dans la tête pour ne plus vous quitter et dont le refrain irrésistible vous file immédiatement une pêche d’enfer.

61) TOVE LO – Stay High (2014)

Débarqué de suède, le pays de l’électropop high quality, Tove Lo dévoile sur son premier album un hymne à la gloire des soirées arrosées et des lendemains difficiles. Appuyé par un vidéo clip en parfaite symbiose avec ses propos, la suédoise impose un single en béton, moite et obsédant qui fera ressurgir des souvenirs communs à tous les fêtards que nous sommes.

60) TYLER THE CREATOR feat HODGY BEATS – Sandwitches (2011)

Tyler The Creator, tête pensante d’Odd Future, le collectif le plus détesté de l’Amérique bien-pensante du début des 10’s est rapidement devenu l’une des figures majeures du rap US de cette décennie. Sandwitches, c’est une instru vaporeuse et angoissante rythmé par un beat percutant, un univers inquiétant qui pénètre au mieux l’esprit torturé d’un rappeur qui a toujours su garder sa patte unique.

59) THE PAINS OF BEING PURE AT HEART – The Body (2011)

Inspiré par la vague shoegazing tendance My Bloody Valentine, The Pains Of Being Pure At Heart nous replonge quelques années en arrière avec le vibrant The Body. Véritable ode à l’enfance et ces instants magiques, ce titre résonne en chacun de nous, rappelant une époque heureuse de laquelle ne restent aujourd’hui que quelques vagues souvenirs épars. 

58) CARLY RAE JEPSEN – Run Away With Me (2015)

La pop music est un art délicat à maîtriser. Après le phénoménal succès de Call me maybe, Carly Rae Jepsen a su s’affirmer pleinement au travers de son album Emotion et d’un titre comme Run Away With Me. Refrain entrainant, mélodie imparable, elle synthétise le meilleur de la pop des 80’s avec talent inouï qui la place clairement comme l’une des artistes à suivre dans la galaxie pop.

57) HAIM – Don’t Save Me (Cyril Hahn Remix) (2012)

Sublimant l’excellent morceau Don’t Save Me des trois sœurs du groupe Haim, Cyril Hahn réalisait là un impeccable remix. De la pop 80’s initial, le musicien suisse en garde toute l’énergie et les fondements. Il enrobe le tout dans une mixture parfaitement dosée faite d’électropop, de dance music et d’une pincée de deep house, à écouter sans modération aucune.

56) THE CHEMICAL BROTHERS – No Geography (2019)

Malgré les années qui passent, les Chemical Brothers ont toujours su garder une fraicheur intacte. Convoquant les fantômes du passé pour les triturer dans tous les sens, il ressort du fantastique No Geography un délicieux parfum rétro. De l’électro chaleureuse pleine d’une énergie positive et un track dont on voudrait qu’il ne s’arrête jamais.   

55) ROBYN – Missing U (2018)

Rarement la chanteuse suédoise n’aura paru aussi fragile que sur Missing U, l’une des pièces maitresses de l’excellent album Honey. Elle élève une nouvelle fois la dance music à un niveau supérieur. Un morceau touchant fait d’ensorcelantes nappes synthétiques, d’un refrain entrainant, d’un kick dynamique omniprésent et de paroles pleines de désespoir et de mélancolie.  

54) KAVINSKY – Nightcall (2011)

Ryan Gosling sillonnant la ville de nuit au volant de sa voiture. Associé à jamais au film Drive, Nightcall et son ambiance crépusculaire aura contribué fortement à dessiner l’atmosphère du thriller urbain de Nicolas Winding Refn. Le parisien aura connu un succès fulgurant avec ce mélancolique morceau d’électropop aux teintes froides et cette voix robotique rappelant inévitablement les Daft Punk.  Après cela, on entendra quasiment plus parler de Kavinsky.

53) TOMBERLIN – Seventeen (2018)

Du haut de ses vingt ans, Sarah Beth Tomberlin est le futur de l’indie folk américain. Seventeen, issu de son tout premier album, est une douceur qui vient vous caresser les tympans et vous plonge dans un océan de bienveillance et de calme. La voix, la guitare, les cordes, tout ici semble si apaisant, projeté dans un espace serein et protecteur. 

52) IDLES – Samaritans (2018)

Les anglais d’Idles ont ressuscité une certaine idée du punk, que ce soit sur le plan musical ou dans des textes engagés analysant remarquablement bien notre société et ses travers. Sur Samaritans, le survolté Joe Talbot y déclame un discours brillant sur la masculinité toxique qui a envahi la société, le tout servi sur une musique avançant doucement jusqu’à exploser dans un final époustouflant d’une puissance extraordinaire.

51) SIRENS OF LESBOS – Long Days, Hot Nights (Claptone Remix) (2014)

Remixé par le DJ allemand Claptone, Long Days,Hot Nights signé par Siren Of Lesbos est devenu un véritable summer hit. Piano House à écouter un soir d’été sur la plage comme le clip semble nous l’indiquer, c’est avant tout un titre d’une grande légèreté alliant énergie, sensibilité, parfait pour faire ressurgie les souvenirs de vos dernières vacances estivales.

50) THE KILLERS – Life to come (2017)

The killers a toujours su pondre des hymnes grandioses et Life To Come fait partie de ceux-ci. C’est ici un splendide et irrésistible morceau pop, lumineux et rempli de vie où le groupe nous entraine dans un tourbillon d’émotions positives digne du U2 de la grande époque. Simple et efficace, la preuve que ce groupe a encore de la ressource après plus de 10 ans de carrière.  

49) ROYKSOPP – Sordid Affair (Maceo Plex Remix) (2014)

Les Boiler Room nous auront révélés bon nombre de grand DJ durant cette décennie et nombre incalculables d’excellent tracks. Parmi ceux-ci, on retiendra inévitablement le remix du Sordid Affair de Royksopp en plein milieu du brillant set de Maceo Plex à Berlin. C’est là un morceau de Deep House planant et profond offrant un sentiment immédiat d’élévation et de bien-être.

48) FKA TWIGS – Water Me (2013)

Il n’aura fallu que deux petits EP à la mystérieuse FKA Twigs pour se démarquer et se faire connaitre. Sur une production de RnB futuriste minimaliste signé par l’énigmatique Arca, elle impose de nouveaux codes à un genre qui manquait cruellement de renouveau. Un morceau évasif et hypnotique laissant derrière lui une curieuse sensation, l’étrange clip n’y est sans doute pas pour rien non plus.    

47) AFRICA EXPRESS feat MR JUKES, NONKU PHIRI, BCUC – Bittersweet Escape (2019)

Né en partie du travail de Damon Albarn, le collectif Africa Express est aujourd’hui un véritable ambassadeur de la musique africaine contemporaine. Sur Bittersweet Escape, les musiciens ici conviés, en plus d’inclure brillamment des sonorités électroniques à une musique plus traditionnelle, parviennent à nous faire ressentir d’étranges sensations difficilement descriptibles, comme en quête d’un état de grâce.    

46) GRIMES – We appreciate power (2018)

Allez savoir, c’est peut-être l’effet Elon Musk, toujours est-il que Grimes n’as jamais semblé aussi proche de ses machines et de la technologie que sur ce titre futuriste. On pense ici beaucoup à Nine Inch Nails dont l’influence est plus qu’évidente. Avec ce brillant morceau de pop indus, Grimes continue de brouiller les cartes et trouve là une nouvelle voie dans l’évolution d’une carrière musicale des plus fascinantes. 

45) THE WEEKND – Wicked Games (2011)

Si comme beaucoup vous avez découvert The Weeknd au milieu de la décennie, il y a fort à parier que vous n’avez jamais entendu ce morceau torride qu’est Wicked Games. Ce titre de RnB langoureux aura modernisé le genre et constitue une porte d’entrée parfaite pour redécouvrir l’œuvre plus précoce du canadien.

44) BICEP – Glue (2017)

C’est l’une des belles sensations de ces dernières années du côté musique électronique. Le jeune duo Bicep, originaire de Londres, a lâché avec Glue l’un des plus fascinants tracks de deep house de la décennie. Nappes synthétique futuristes et planantes, un beat hérité des 90’s et une incessante boucle étrange et hypnotisante, la recette de ce titre lumineux devenu un classique.

43) NICHOLAS BRITELL – Agape (2019)

Il y a parfois des films dont le seul souvenir demeure la bande originale. C’est le cas du drame If Beale Street Could Talk dont est tiré le bouleversant Agape. Signé par le très prometteur compositeur Nicholas Britell, c’est là un mélange entre jazz et musique classique qui fonctionne à merveille révélant des émotions indescriptibles d’une grande pureté et d’une grande profondeur. 

42) THE JEZABELS – Stand and Deliver (2016)

Synthés toutes voiles dehors, les australiens de The Jezabels offre, en ouverture de leur troisième album, un morceau intense de dream pop. Le groupe a parfaitement digéré ces influences, Kate Bush notamment, pour nous offrir ses sept minutes puissantes et captivantes. Un véritable tour de montagnes russes où le quatuor parvient à maintenir une tension constante jusqu’à une déflagration finale d’une intensité folle.

41) RUN THE JEWELS – Blockbuster Night (2014)

Si vous n’avez jamais entendu une production d’EL-P ou si plus simplement vous aimez le hip hop qui sort du commun, Blockbuster Night est fait pour vous. Le génial compositeur et rappeur américain, accompagné de son fidèle acolyte Killer Mike, livre un morceau puissant et énergique au groove terriblement contagieux. Un titre massif, nouvelle preuve si il en fallait de l’énorme talent du producteur New Yorkais.

40) SAYCET – Mirages (2015)

Quand la voix céleste de Phoene Somsavath fusionne avec les compositions organiques de Saycet, cela donne des miracles. Mirages est un puissant morceau, une composition ambitieuse dans laquelle un drame profond semble constamment se jouer en vous saisissant pleinement. La portée cinématographique de ce titre a forcément eu de quoi donner des idées au réalisateur du clip.

39) PNL – Au DD (2019)

Quand on pense à ce titre de PNL, immédiatement le fantastique clip tourné sur la Tour Eiffel nous apparait. C’est là le plus gros succès de la carrière du groupe, samplant habilement une douce ritournelle flamenco pour en faire une chronique urbaine moderne et désenchanté, démontrant tout le savoir-faire du duo parisien.   

38) THIRTY SECONDS TO MARS – Closer To The Edge (2010)

La musique des Thirty Seconds to Mars ne peut autrement mieux se définir qu’au travers de ce titre épique. Véritable Hymne de stade, Closer To The Edge est un concentré de rock fédérateur porté par un message positif et la voix puissante de Jared Leto. Une production grandiose et ambitieuse signée par Flood et célébrant une certaine vision de la jeunesse.

37) HOT CHIP – Flutes (2012)

Plutôt habitué aux chansons électropop format standard, Flutes et ses 7 minutes passées est l’occasion pour Hot Chip de flirter toujours plus avec un Dancefloor dont ils sont profondément attachés. On devine là des heures à s’imprégner de deep house, de dance music et de techno mélodique. Un morceau à part dans la carrière du sextette anglais.

36) LET’S EAT GRANDMA – It’s not just me (2018)

La pop weird du duo Let’s Eat Grandma à son paroxysme. Produit par Sophie, dont on reconnait immédiatement la patte dans l’utilisation des synthés, It’s not just me, faussement enjoué consacre le talent précoce de deux adolescentes au talent indéniable. C’est d’une fraicheur incroyable, un morceau électropop étrange et captivant bien loin des standards.

35) PISSED JEAN – Ignorecam (2017)

Sur son cinquième album, Pissed Jean offre là un titre furieux de hardcore et de punk corrosif. Le riff de guitare est une arme de destruction massive, la section rythmique une machine à faire voler des gueules. Ce titre surpuissant pourrait vous donner des envies de tout casser. Un morceau enragé à écouter avec précaution.

34) KESHA – Praying (2017)

Cernée par un producteur tyrannique, Kesha a connu une longue période de crise et de déprime. Praying est une somptueuse chanson parlant de rédemption. L’américaine y exorcise ses démons, son passé douloureux et délivre là un magnifique message d’espoir en pleine période #metoo. Sa prestation vocale est exceptionnelle, pleine d’intensité et de vérité.

33) JON HOPKINS – Collider (2013)

Dérangeant, oppressant, transcendant, difficile de trouver le terme précis qui retranscrit l’impression laissé par ce somptueux track d’électronica signé Jon Hopkins. Le prodige anglais est ici au sommet de son art, façonnant d’incroyables textures organiques soutenant une sombre ligne mélodique. On se sent ici comme totalement absorbé et enivré. Le vidéo clip renforce encore davantage les impressions ressenties.      

32) LIL WAYNE feat CORY GUNZ– 6 Foot, 7 Foot (2011)

Alors encore au sommet de sa carrière, Lil Wayne et son flow nasillard crucifiait la planète hip hop avec le fantastique 6 Foot,7 Foot produit par Bangladesh. On ne saurait dire ce qui nous rend le plus dingue dans ce morceau. L’interprétation habitée de Lil Wayne et Cory Gunz ou alors cette instru d’une simplicité diabolique et d’une efficacité redoutable. On vous laisse choisir.

31) DUKE DUMONT – I Got U (2014)

Le soleil, un paysage idyllique, les vacances, voilà en substance le décor planté par I Got U. Chaleureux et rafraichissant, Duke Dumont confirme là tout son potentiel sur ce single triple A. Le clip est ici la représentation visuelle parfaite de ce que l’on peut ressentir à l’écoute de ce fabuleux titre house qui saura vous procurer un sentiment d’évasion immédiat.

30) BEYONCE – Sorry (2016)

Queen B n’a jamais autant mérité son titre que sur cet incroyable track à la riche production. Sorry est un brillant morceau de Rnb futuriste, doublé d’un hymne féministe puissant souligné par un superbe clip en noir et blanc dans lequel on retrouve notamment Serena Williams en guest star. Si le RnB de demain ressemble à ça, l’avenir s’annonce radieux.

29) DRAKE – Started From The Bottom (2013)

Transformant radicalement le méconnu morceau d’ambient Ambessence Piano & Drones 1, Michael Coleman et Noah “40” Shebib ont offert là à Drake un track hip hop d’une puissance dingue. Parfaitement produit, Started From The Bottom est aussi idéalement calibré pour les clubs, Drake démontrant une nouvelle fois sa capacité à choisir des intrus à l’efficacité redoutable.

28) ROBIN THICKE feat PHARELL & TI – Blurred Lines (2013)

Véritable objet de scandale pour les féministes de tout bord, impliqué dans une sombre histoire de plagiat, Blurred Lines n’en reste pas moins l’une des chansons les plus emballantes de cette décennie. Soutenu par une redoutable ligne de basse, ce chaleureux morceau mélange pop et RnB avec brio et vous donnera à coup sûr des envies irrépressible de danser.

27) LAPSLEY – Station (2014)

Quelque part entre The XX et Cocorosie, la britannique Lapsley concocte là une petite merveille de pop minimaliste belle à pleurer. Il en ressort une profonde tristesse et une fragilité palpable. Station est un morceau touchant qui vous atteint en plein cœur, l’espace d’un instant semblant totalement figé dans le temps.

26) DISCLOSURE – You & Me (Flume Remix) (2013)

En reconstruisant totalement le matériel d’origine signé Disclosure, l’australien Flume tient là son plus grand succès. Entre électropop et chillhouse, ce remix est une invitation à la rêverie la plus absolu. Les publicitaires de la marque au crocodile l’ont bien compris, ce morceau ayant illustré l’un de leurs spots les plus célèbres.

25) BEYONCE- Xo (2014)

Mega star planétaire de la musique, Beyoncé Knowles aura attendu son cinquième album pour nous proposer son single le plus séduisant, le plus envoûtant. Entre pop ultra mainstream et RnB 2.0, XO est un magnifique titre lumineux appuyé par une formidable production. La chanteuse américaine, sublime dans le clip qui l’accompagne, nous entraîne dans un véritable tourbillon émotionnel.

24) PARAMORE – Still Into You (2013)

Coloré et sautillant, Still Into You est possiblement la meilleure chanson jamais écrite par les américains de Paramore. Entre pop punk et power pop, la bande d’Hayley Williams fait ici preuve d’un redoutable savoir-faire dans la production, ajustant parfaitement la mécanique d’une composition irrésistible au dynamisme contagieux, une sucrerie à consommer sans modération donc.

23) BON IVER – Holocene (2011)

L’indie folk de Bon Iver a ce quelque chose d’universel totalement unique. Holocene est l’un des plus beaux titres de la décennie, dégageant une immédiate sensation de pureté et de grâce. Le géant barbu touche là à l’intime parvenant à mettre en musique des émotions profondément ancrées en chacun de nous. Le clip somptueux ne fait que renforcer l’intention recherchée. 

22) THE 1975 – Love It If We Made It (2018)

Il suffit d’une seule écoute pour comprendre que les britanniques de The 1975 tiennent avec Love It If We Made It une carte de visite des plus précieuses. Véritable témoignage de l’époque étrange et sous tension dans laquelle on vit, c’est avant tout une chanson incroyablement bien construite, remarquablement interprété, électropop passionné saupoudré d’un zeste de de new wave.  

21) LOST UNDER HEAVEN – I&I (2016)

Le chanteur de feu Wu Lyf est revenu en 2016 avec le projet Lost Under heaven. Sur le premier album du groupe, on y trouvait notamment I&I, un long crescendo admirablement construit. Trois minutes où la voix ensorcelante de James Roberts nous propulse dans un tourbillon extraordinaire d’émotions brutes.

20) SCHOOLBOY Q – Groovy Tony (2016)

Urbain, nocturne, violent, oppressant, Groovy Tony est l’un des titres de Rap US les plus renversants et palpitants de la décennie. Sur une instru monumentale signé Tae Beast, Schoolboy Q dispense une leçon de hip hop furieux avec son flow unique parfaitement collé au beat. Un sommet dans la carrière du californien.

19) M83 – Intro (2011)

C’est peut-être la plus belle ouverture d’album de ces 10 dernières années. Sur son admirable et acclamé sixième album Hurry up We are Dreaming et en duo avec la ténébreuse Zola Jesus, Antony Gonzales a.k.a M83 offre un morceau spatial et grandiose de pop synthétique. Un titre puissant mélangeant avec force dream pop et shoegazing.

18) GRIMES – Oblivion (2012)

En 2012, Grimes aura tiré son épingle du jeu avec son second album Visions duquel est tiré l’étrange et envoutant Oblivion. La canadienne aura su également mettre en image ce petit bijou de pop synthétique décalé. Oblivion ne ressemble à rien de connu tout en puisant son inspiration partout, un véritable tour de force artistique.

17) RONE – Bye Bye Macadam (2012)

Rone est l’un des artistes les plus respectables qui soit. Son amour des autres il le transmet au travers de sa musique, une électro foisonnante et chaleureuse. Bye Bye Macadam est un fabuleux morceau, vertigineux, un cocon dans lequel on voudrait rester enfermé de longues heures. Ce track obsédant aura parfaitement trouvé sa place lors des fantastiques prestations live de son auteur.

16) SUFJAN STEVENS – Should have known better (2015)

Armé de sa seule guitare, Sufjan Stevens, en digne héritier d’Elliott Smith, livre là un morceau pop folk d’une rare beauté, imbibé d’une douce mélancolie qui frappe en plein cœur. Un titre solaire dans un premier temps durant lequel le chanteur américain se livre avec pudeur avant d’en devenir totalement bouleversant dans une seconde partie dont on ressort la gorge nouée par l’émotion.

15) SHARON VAN ETTEN – Seventeen (2019)

Sincérité est le mot qui définirait au mieux Seventeen, l’un des plus honnêtes morceaux entendus ces dernières années. Entre rock et indie pop, la très talentueuse Sharon Van Etten délivre un morceau très classique et plaisant jusqu’à une fabuleuse dernière partie où la machine s’emballe, une incroyable interprétation vocale donnant la chair de poule.

14) SIA – Chandelier (2014)

Sia donne ici vie à un single pop parfait de la première à la dernière seconde et subjugue grâce à une interprétation vocale de très haute volée. Racontant son enfance difficile passée auprès d’une mère alcoolique, elle réussit à transmettre son mal être au travers d’un clip inouï qui voit la jeune et talentueuse Maddie Ziegler effectuer là une fantastique chorégraphie.

13) ARCADE FIRE – Half Light 1 (2010)

Half Light 1 n’est sans doute pas la plus célèbre des chansons du groupe canadien mais définitivement l’une des plus touchantes. Le duo Win Butler / Régine Chassagne fonctionne à merveille sur ce morceau parlant à l’intime dans ses paroles et se révélant épique dans sa construction. C’est somptueux, frissons assurés. 

12) TRINIX – Ocean Hill (2017)

Originaire de Lyon, Trinix aura connu un éphémère petit succès avec Ocean Hill, une généreuse invitation à boucler son sac à dos et à partir à l’autre bout du monde, à la rencontre de l’autre. Chaleureux et radieux, cet exaltant et réconfortant titre de chillhouse baigne dans un climat d’insouciance très touchant et saura vous inonder de ses bonne vibes.

11) THE BLAZE – Virile (2016)

Découvert par l’intermédiaire d’un sensationnel premier EP, le duo français The Blaze est rapidement et logiquement devenu poursuivie par la hype. Il y a notamment Virile, un titre profond plein de soul partagé entre house mélancolique et électropop. Il faut absolument avoir vu le clip pour en comprendre encore d’avantage le sens, la représentation parfaite de la bromance.

10) MY CHEMICAL ROMANCE – The Kids From Yesterday (2010)

The Kids From Yesterday est une chanson particulièrement émouvante sur le temps qui passe et le passage à l’âge adulte. My Chemical Romance signe un morceau fort, empreint de nostalgie et traversé d’une lumière éclatante. Voilà la plus touchante déclaration que la bande de Gerard Way pouvait faire à tous ses fans.

09) DRAKE – Hotline Bling (2015)

Samplant habilement le Why Can’t we live together de Timmy Thomas, Drake signe là l’un de ses plus gros succès. Un track élégant un peu vaporeux conjuguant à la perfection une ambiance 70’s chaleureuse avec un cloud rap des plus moderne, une ambiance retranscrite sur un fantastique clip, objet depuis d’un nombre incalculables de mêmes. 

08) SIGUR ROS – Hoppipolla ( Planet Earth II Mix ) (2012)

En partenariat avec la BBC pour la bande son du projet Planet Earth, les islandais de Sigur Ros remixent l’un de leurs titres les plus touchants pour en donner une version encore plus majestueuse tutoyant le merveilleux. Superposé aux magnifiques images du documentaire, on retrouve là toute la magie et la profondeur de la musique des islandais.

07) MOLECULE – Sila (2018)

Parti affronter l’Ocean Arctique et le Groenland, Molécule en est revenu ébloui par la beauté des paysages qu’il a contemplé. Incroyable talent que celui de faire ressentir les émotions vécus lors d’un voyage au travers de la musique. Sila est un magnifique témoignage sonore, de l’électronica organique d’une beauté folle célébrant ici une communion profonde avec la nature dans ce qu’elle a de plus brut.

06) MIGUEL – Coffee (2015)

L’amour, la passion, le désir, Coffee c’est un peu tout ça. Sur son troisième album, le californien livre là l’une des chansons les plus enflammé de la décennie. Entre pop synthétique sophistiqué et RnB lascif, Coffee est une véritable invitation à l’étreinte, le temps suspendu dans le regard de l’autre.

05) JULIEN BAKER – Appointments (2017)

Appointments est un morceau bouleversant. Touchée par la grâce, Julien Baker nous pétrifie au son d’un magnifique arpège soutenu par de délicates notes de piano contemplatives. Triste, sensible et d’une beauté à tomber par terre, Appointments, paru sur son tout premier album constitue la plus belle des cartes de visite.

04) SUFJAN STEVENS – Visions of Gideon (2018)

Qui se rappelle des dernières images de Call Me By Your Name ne peut en oublier le magnifique morceau qui l’accompagnait. Signé par Sufjan Stevens, c’est là une chanson de rupture totalement bouleversante. Des notes au piano pleine de spleen rendent compte d’un précieux et récent amour passé tandis que l’on se laisse absorber par les paroles simples et poétiques de ce grand songwriter américain.     

03) KANYE WEST – Runaway (2010)

Issu du colossal chef d’œuvre My Beautiful Dark Twisted Fantasy, Runaway est le plus grand titre de la carrière de Kanye West. En duo avec Pusha T, il amène là le hip hop US vers des sommets encore inexplorés. Une production ambitieuse et pleinement maitrisé soulignée par un fantastique clip qui mériterait lui aussi de figurer pleinement dans le top 10 de la décennie.

02) LORDE – Ribs (2013)

Si on ne devait garder qu’un seul titre de l’excellent Pure Heroine, le premier album de Lorde, ce serait sans aucun doute Ribs. Le passage de l’adolescence à l’âge adulte, les souvenirs de l’enfance qui s’éloignent, la peur de se confronter au monde, Lorde âgée alors de 16 ans aura ici trouvé les mots justes. Interprété sur une splendide production électropop froide et céleste, la magie opère immédiatement.

01) ROBYN – Dancing on my own (2010)

Véritable hymne sur les histoires d’amour impossibles et la rupture sentimentale, Dancing On My Own ressuscite une certaine idée de la dance music. Brillamment écrit et composé, nombreux sont ceux qui se retrouvés ici dans le texte de la chanteuse suédoise, véritable incarnation de ce que devrait être toute pop star. Un morceau énergique et triste à la fois devenu culte pour beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*