DOUR 2019 – Nos conseils pour le dimanche

DOUR 2019 – Nos conseils pour le dimanche

27 juin 2019 0 Par Vincent

Techno

Solomun

Le dimanche, comme c’est le cas maintenant depuis quelques années, la Red Bull Arena est le lieu de rendez-vous incontournable des grosses pointures techno. Tout d’abord, on ne peut que se réjouir de la nouvelle venue du talentueux et renommé Solomun. Le DJ Allemand propose régulièrement d’excellents sets partagés entre techno et house et son gout prononcé pour les tracks de qualité sauront à coup sûr te retenir deux heures durant. Avec le coucher de soleil au loin, cela promet d’être magique. Dans la foulée, les italiens de Tale Of Us ont également les armes pour t’accaparer le cerveau et te faire danser en non-stop. Peut-être moins facile d’accès, la musique du duo transalpin se veut plus mentale et minimaliste, toujours situé quelque part entre techno et house.

On repart un peu plus au nord de l’Europe maintenant. A plus de 40 ans passés, Kölsch est l’une des figures incontournables du mouvement tech-house. L’homme au chapeau propose des sets relativement faciles d’accès, mélodiques et parfois emprunts d’une douce mélancolie euphorisante. Si l’on ne s’attend pas forcément à un set très surprenant, c’est par contre l’assurance de passer un bon moment. C’est enfin l’inévitable Charlotte de Witte qui aura la tâche de clôturer la Red Bull Arena d’un set que l’on sait déjà plus agressif que ces prédécesseurs. La petite charlotte a bien grandie et l’espoir d’il y a quelques années est devenu une machine de guerre, représentant au mieux une certaine idée de la techno, hypnotisante et brute. A domicile, elle devrait avoir sans peine le public acquis à sa cause. 

Rap

A$AP Rocky

Lui aussi joue à la maison et devrait trouver facilement son public, je parle bien entendu de Roméo Elvis. Omniprésent dans l’espace médiatique depuis quelques mois afin de défendre son premier album, le belge a su par le passé se montrer un excellent showman. Espérons juste qu’il parvienne à dynamiter ses dernières compositions. S’il n’a jamais sorti un seul vrai grand album, ni même le moindre classique, Action Bronson bénéficie pourtant d’une belle cote de popularité. Loin des modes, le new yorkais fait dans un rap à la cool influencé par les 70’s. Un charisme indéniable et un bon vivant avec lequel on ira partager un bon moment du côté de la Last Arena. Pour la première fois à Dour, A$AP Rocky est évidemment le gros morceau rap du jour. En l’espace de dix ans, il est devenu une valeur sure du Game sur la base de trois albums des plus intéressants aux productions diversifiées. De Goldie à  Praise The Lord en passant par le redoutable Wild For The Night, le new yorkais a largement de quoi retourner le festival de Dour.

House

Body & Soul

Ressuscitant tout un pan de la house 90’s, le français Kiddy Smile saura à coup sûr te donner la patate. Un univers coloré où le chant se mélange à la danse pour une prestation live qui t’invite à te transporter à une autre époque, celle de l’explosion de la Dance Music. Le choix sera difficile car au même moment se produira le britannique Georges Fitzgerald pour une session house plus moderne et deep. Il nous a plutôt impressionné avec son très recommandable deuxième LP All That Must Be et au vu des quelques mix qui traînent ici et là, on est déjà rassuré sur la qualité du set qui sera proposé. Tu n’as peut-être maintenant jamais entendu parler d’eux, ce sont pourtant des maîtres du genre et par conséquent on ne peux que t’encourager à aller écouter le set de Body and Soul. Ce trio a su faire danser le tout New York au rythme de sessions house endiablées pleine d’une soul revigorante.     

Pop Rock

It It Anita

De notre côté, il y a de grande chances que l’on commence la journée du dimanche avec It It Anita sur les coups de 15h30. Du rock belge un peu cradingue qui a de quoi te mettre en grande forme. Des riffs mélodiques et entraînants baignés dans une mixture stoner et noise du plus bel effet. De son côté, le norvégien Boy Pablo, au vu de la concurrence, aura sans doute du mal à faire venir beaucoup de monde sous le chapiteau du labo. Sa pop légère et sautillante, évoquant parfois l’univers de Mac DeMarco ou de Vampire Weeknd, est pourtant séduisante et si l’on passe dans le coin, on n’hésitera pas une seconde à aller encourager ce songwriter au potentiel certain. 

Electro

Kampire

Déjà présent le samedi sous le pseudo Dima, Vitalic revient en compagnie de Rebeka Warior sous l’appellation Kompromat. Allié à la chanteuse de Sexy Sushi, le dijonnais propose là des compositions d’électro pop très synthétique, puisant essentiellement sa source dans les 80’s. Une musique dark, captivante, une totale découverte en ce qui nous concerne. A l’image de ses films, Quentin Dupieux a.k.a Mr Oizo livre souvent des DJ sets totalement barrés mais ô combien réjouissants. Une électro musclé qui part dans tous les sens, de l’énergie à la pelle, de l’efficacité en barre qui trouve toujours son climax dans une histoire d’animaux dont tu as forcément entendu parler. Par contre si les aventures de Flat Eric ne te branche pas, fonce au Labo où au même moment se produira l’ougandaise Kampire. Changement d’ambiance puisque il sera ici question d’Afrobeat et de Bass Music. Un set qui promet d’être bouillant et entraînant, un mélange habile de musique africaine et de sonorités électroniques percutantes.   

Autres

Casual Gabberz

Terminons enfin avec quatre artistes aux horizons divers. Si tu es un tant soit peu amateur de jazz, rendez-vous à 22h30 du côté de la Petite Maison dans la Prairie pour le live de GoGo Penguin. Le trio mancunien, basse, batterie, piano, fait dans un jazz résolument moderne et aventureux. Ici des motifs mélodiques entêtants permettent à chacun de se rattacher à une musique technique mais jamais élitiste. Du côté de la Boombox se produira Kaytranada, un artiste qui a décidé de ne pas choisir. Une cuillère d’électro, une pincée de soul, le tout accompagné par une bonne dose de hip hop futuriste, voilà à peu près la recette du canadien, un producteur talentueux et surprenant. Les bordelais d’Odezenne eux aussi semblent hésiter entre les genres. Electropop, chanson française, hip hop, le trio te proposera un cocktail rafraîchissant et original duquel on retient surtout des textes singuliers.  L’occasion pour le groupe de venir présenter un quatrième album sorti en fin d’année dernière.  Casual Gabberz est un collectif de hardcore gabber complètement barré originaire de la région parisienne. Des dingos qui remettent au gout du jour un genre que l’on croyait disparu en y ajoutant un très gros grain de folie. Après 5 jours intenses de festival, tu peux compter sur eux pour puiser tes dernières forces et t’achever définitivement avant le retour dans le monde réel.