Février, Mars, Avril 2018 en 20 albums – part 2

Février, Mars, Avril 2018 en 20 albums – part 2

21 mai 2018 0 Par Vincent

Voilà une petite sélection issu de la pléthore d’album sorti ces derniers mois. Ici on abolit toutes la barrières musicales, naviguant de la techno froide berlinoise aux sonorités chaleureuses de musique cubaine, allant de l’ambient la plus apaisante au punk hardcore bien énervé.

 

 

Cardi B – Invasion of privacy 

Succédant à l’énorme carton outre atlantique du single Bodak Yellow l’été dernier, Cardi B débarque avec un premier album façon blockbuster. Sza ou encore Migos se sont invités sur cet album solide de bout en bout et très bien équilibré. Parfaitement à l’aise sur des beats traps dominants, elle laisse parfois parler ses origines caribéennes comme sur les rafraichissant Be Careful ou I like it.

 

Orquesta Akokan – Orquesta Akokan 

Vous reprendrez bien un peu de Mambo ? Si il y a bien un album idéal pour vous accompagner cet été, c’est celui-là. Orquesta Akokan, c’est quelques-uns des meilleurs musiciens cubains réunis en studio pour un résultat des plus chaleureux. Avec sa touche old school, quelques notes suffiront à vous transporter sur l’ile, ambiance caliente et de quoi vous regonfler le moral.

The Naked and Famous – A Still Heart 

Originaires de Nouvelle Zélande et actif depuis maintenant dix ans, The Naked and Famous fait son retour avec un splendide album d’indie pop d’une grande fragilité. A Still Heart, ce sont dix titres à la production minimaliste où le duo de chanteur se complète à merveille. Entre guitares acoustique et électrofolk, le quintette sublime des compositions touchantes qui devraient faire chavirer les plus sensibles d’entre vous.

 

Saba – Care for me 

A juste 23 ans, Saba concrétise toutes les promesses suscitées par ses débuts avec un nouvel album de grande classe. Quelque part entre Chance The Rapper et Frank Ocean, il propose ici un remarquable album de RnB soyeux, un poil jazzy, où les textures flottantes donnent l’impression d’être constamment high. On ne peut que s’incliner devant le travail effectué par des producteurs aventureux, véritables apôtres de la musique moderne.

 

Bvdub – A Different Definition Of Love 

L’ultra prolifique Bvdub continue d’éblouir de son talent unique la planète ambient. Ce nouvel opus, plus lumineux que son prédecesseur, est une splendide invitation à la contemplation et à la rêverie. Rares sont les musiciens ayant un style reconnaissable de la sorte et ces six plages immersives, étirées sur près de 75 minutes, devraient définitivement être prescrite par les medecins pour lutter contre le stress dans notre société hyperactive.

 

Daniel Avery – Song for Alpha 

Le britannique, devenu incontournable sur la scène électro mondiale, revient avec Song For Alpha un album techno de qualité supérieure. Animé par un groove froid hypnotisant, il y martèle des sonorités industrielles glacées enveloppées dans des nappes ambiant remarquablement travaillées. Jamais monotone, ce nouvel album très inspiré devrait faire le bonheur de vos oreilles curieuses ainsi que de celles de nombreux DJ trouvant là matière pour agrémenter leur prochain set.

 

A Perfect Circle – Eat The Elephant 

Quatorze ans après, voilà donc que réapparait A Perfect Circle. S’il ne parvient jamais à égaler le fantastique Thirteen Steps, le guitariste et tête pensante Billy Howerdel se montre néanmoins plutôt inspiré. Globalement très aérien, Eat The Elephant devrait satisfaire une grande partie des amateurs  de rock alternatif et puis il faut le dire, on ne se lasse pas d’entendre chanter Maynard James Keenan.

 

Kali Uchis – Isolation 

Le RnB féminin tient en Kali Uchis une nouvelle perle. La jeune chanteuse colombienne dévoile un premier album à la sensualité enivrante. Servie par des productions de haute volée autant inspiré par la soul des 70’s que le RnB des 2000’s, elle n’a plus qu’à laisser glisser sa jolie voix. Isolation est une véritable caresse auditive, troublante et lascive, une sucrerie à savourer sans modération.

 

A.A.L – 2012-2017 

Amateur de House Music, il est plus qu’urgent de vous pencher sur le projet alternatif de Nicolas Jaar. Saupoudrant sa musique de funk et de soul, le chilien nous envoie ses bonnes vibrations et un aller simple pour le dancefloor. Il est bien difficile de trouver à redire sur ces neuf titres totalement réjouissants aux couleurs variés, utilisant habilement le sampling pour nous amener vers une curieuse forme de nostalgie

 

Many Rooms – There is a presence here 

La première chose qui marque sur cet album est inévitablement sa sublime pochette. Une fois lancé, on ne s’étonne pas vraiment d’y trouver cette collection de jolies chansons folk intimiste. Brianna Hunt marie harmonieusement guitare voix et piano pour un pur moment de grâce, minimaliste et éthéré. Malgré une production lofi un peu répétitive, cet album se révèle très plaisant, idéal par exemple pour vous bercer le temps d’une sieste.