Happy Birthday l’Aeronef !!!

Bon anniversaire l’Aéronef ! On aurait pour rien au monde voulu manquer cette belle fête que fut la célébration des 30 ans de cette institution lilloise qu’est l’Aéronef. A peine franchi le portail de sécurité samedi sur les coups de 17h45 que l’on remarque immédiatement la jolie décoration dans la cour intérieure. Partout se dressent des lampadaires de couleurs et de tailles diverses en forme de parapluie qui s’illumineront joliment la nuit venue. On trouve sous ceux-ci des supports pour se poser et profiter au mieux du bar extérieur installé pour l’occasion.

Jolie décoration dans la cour intérieure

 Une fois entré à l’intérieur, on monte immédiatement au premier étage afin d’aller voir où en est la fresque peinte par le collectif 9ème Concept. Commencé le vendredi précédent dans la soirée, l’œuvre d’art aux touches surréalistes est déjà bien avancé et les artistes du collectif fignolent là les derniers détails. On remarque, juste devant, la rangée de transats dont on imagine qu’ils ont pu accueillir nombre de noctambules en manque de sommeil. Pour rappel l’Aéronef a ouvert non-stop durant tout le weekend.

Le collectif 9ème Concept en plein travail !

En redescendant, on aperçoit dans la cour intérieure et sous un petit chapiteau plusieurs personnes se déhanchant alors qu’aucun son ne nous parvient. Il s’agit de la scène Silent Disco, soit une manière ô combien silencieuse de faire la fête sans gêner le voisinage. On se procure un casque et en s’aidant de la molette placée dessus, on peut ainsi profiter des deux Dj Sets proposés simultanément. Ça fait son petit effet et il est plutôt déconcertant de regarder son voisin danser sur un rythme différent du sien.

Sous le chapiteau Silent Disco

En passant au bar situé dans le hall d’entrée, on reçoit quelques très bons échos des mets concoctés par Florent Ladeyn et sa team. On imagine aisément le plaisir ressenti au fait d’avoir pu gouter à la cuisine de l’un des chefs les plus charismatiques de notre chère ville de Lille, qui plus est sur la grande scène de l’Aéronef devenu le temps de trois jours un restaurant éphémère.

Mario Batkovic

Quid de la musique et des concerts ?  Les organisateurs ont eu l’excellente idée d’installer deux scènes l’une en face de l’autre. Un concert se termine, le suivant démarre quelques secondes après et ceci durant toute la soirée. Pas de rupture, du son en non-stop, on se serait parfois cru en festival. L’Aéronef a préféré miser sur un line up éclectique, bien lui en as pris. En invitant certains artistes au succès encore confidentiel,  les organisateurs nous ont ainsi permit de faire de belles découvertes. Parmi ceux-ci, on retiendra inévitablement le nom de Mario Batkovic. Le bosniaque armé de son seul accordéon a délivré une magnifique prestation, nous emmenant dans un univers contemplatif et sombre. Des compositions au potentiel cinématographique évident et une manière incroyable de faire sonner cet instrument aujourd’hui un peu désuet. Programmé à 18h, il aura joué devant une faible affluence qui heureusement ne cessera de grandir jusqu’en fin de soirée pour combler une grande partie de la salle, preuve si il en est de l’engouement suscité autour de cet anniversaire. 

On aura également grandement apprécié la prestation de Namdose. Le quintette use d’une disposition originale sur scène avec deux batteries mises au premier rang et le reste des musiciens plongés dans un nuage de fumée sur le second plan de la scène. Quelque part entre le math rock de Battles et l’indiepop lumineuse d’Arcade Fire, le groupe aura livré une prestation énergique et maitrisée faisant monter de quelques degrés la température.  

Enfin dernier coup de cœur, le live bouillant de Nihiloxica. Idéalement programmé en toute fin de soirée, la formation ougandaise aura parfaitement répondu à l’appel. Un mélange de percussions africaines et de sonorités électroniques qui nous auras fait bouger d’un bout à l’autre du concert. Une musique aventureuse, étonnante, brisant les codes, un parfait mélange culturel qui aura puisé dans nos dernières forces.
Il n’y a pas à dire, ce fut une sacrée belle fête d’anniversaire !

Nihiloxica

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*