©E.T

L’incroyable histoire des Panoramas

Le Festival Panoramas, c’est une aventure. Une ambiance. Un autre monde, à quelques kilomètres des côtes bretonnes. Mais croyez-le ou pas, cette folle aventure, ce n’est pas moi qui vais vous la raconter. Super Julien le fera bien mieux que moi. Cependant, laissez-moi vous conter une histoire : celle d’un petit, tout petit festival, qui avec le temps, est devenu grand.

Il était une fois, un groupe d’amis, une envie de faire bouger les choses, des bars et une association. WART. Jusque-là, on dirait presque l’histoire d’une association comme les autres. C’était il y a 17 ans. Ils sont étudiants, voire même lycéens et surtout unis par une passion commune pour les arts et la musique. Ils décident alors de monter un événement dans leur pays de naissance : Morlaix. Si la première édition est difficile, fort de persévérance, l’événement prend forme. A l’origine, pas de grandes salles, pas de chapiteaux, simplement quelques groupes, des bars, et un PASS à 10 Francs. Il faut dire que dans la région, depuis la fin du festival Tamaris (en 1992 – il fût fondé par certains membres de l’équipe des Vieilles Charrues), peu d’événements animaient la scène locale. Pendant 3 ans, le format resta inchangé, et réchauffa les mois de février des bretons, et accueilli notamment le groupe Sloy en 1999, véritable fait marquant pour l’équipe (et c’est monsieur le Directeur et Fondateur du festival, Eddy Pierres, qui nous l’a raconté).

Hiver 2000, les Panoramas désertent les bars locaux – ou presque – pour investir le parc de Langolvas (actuel terrain du festival) qui n’est à l’époque qu’une friche industrielle qu’il faut totalement aménager. Si l’association en a fait beaucoup, c’est un repreneur qui facilita alors le développement de l’installation technique. Et là, c’est l’escalade. Après 10 hivers (et une annulation de soirée pour cause de neige), l’équipe décide de déplacer le festival au week-end de pâques. Le « off » du festival et les événements alentours sont maintenant organisés principalement par la région de Morlaix, ceci pour permettre à l’association de se recentrer sur les décisions et choix artistiques et offrir à son public une programmation sans cesse renouvelée.

panoEn 2010, le camping fait son apparition, permettant ainsi à tous les mélomanes de France et d’ailleurs de profiter de la programmation qui ne cesse de s’étoffer. Il faut dire qu’il y en a des artistes qui vont défiler sur les scènes des bretons : BB Brunes, Birdy Nam Nam, Public Enemy, Vitalic, Yuksek, Naive New Beaters, Katerine, The Shoes, et j’en passe… Mais aussi Sexy Sushi, par exemple, ou Rocky, Salut c’est Cool, ou Encore ! Qui font partie du roaster de Wart. La petite association devenue grande et qui peut aujourd’hui être fière de son festival et de son bouquet d’artistes.

Cette année, le festival Panoramas, c’était 26 000 personnes et une billetterie quasi sold-out. Un festival réputé pour être un dénicheur de talents, comme Valentin Martin, qui a pu le week-end dernier, découvrir les plaisirs de jouer devant une salle gigantesque. Un festival avec un public qui réunit des jeunes, mais aussi des personnes plus qu’exigeantes, et qui sait les ravir. Un festival qui repose sur des bénévoles toujours plus motivés et qui n’oublie pas de les remercier et de les former. Un festival complètement… Rayonnant. Ainsi, ils vécurent heureux et connurent pleins d’autres éditions. Le reste, c’est Julien qui vous le raconte et moi je vous laisse avec les premières images.

NDLR : L’équipe de Culturovore tient à remercier Eddy Pierres pour son temps, ainsi que Julie et Patricia pour leur accueil.

Crédits : Photo d’en-tête ©E.T // Vidéo  ©Culturovore.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*