Hymne Dominicale – 2 mars 2014

logo-hymneTous les dimanches, moi, Juliette, je jure de vous faire profiter d’une chanson délicieusement déprimante, totalement fatale, parfaitement non-requinquante et dégoulinante de mauvaises ondes. Chaque semaine, j’allègue que chacun d’entre vous, avec le profil de dépressif qui lui est propre, trouvera son bonheur. Et si par malheur le titre choisi serait dans la langue de shakespeare, (et pour prévenir tout niveau de billinguitude) je m’engage à vous fournir un extrait en français… Pour vous assurer un effet maximum.

Maudite soit cette satanée, ennuyeuse, inutile, et déprimante journée de dimanche… Et bonne semaine à tous ! 

Petit conseil d’utilisation : Avant d’appuyer sur le bouton « play », va t’armer d’un pot de Ben&Jerry (la Haagen Dasz peut aussi être tolérée, bien que moins efficace), ou d’un pot de Nutella, ou de truffes, ou en fait de n’importe quoi à base de chocolat (si tu as plus efficace, n’hésite pas à faire tourner!). Si tu fumes, allume toi une clope. Si ce n’est pas le cas, commence de suite. Enfin, il est bien sur obligatoire que tu sois vêtu du pyjama le plus ignoble que tu possèdes.  Cela renforce l’efficacité du titre.

Hymne #05 : Dimanche 2 mars 2014

Identification du titre : « Cute Without the E (acoustic) » – Taking Back Sunday.

Composition :  » Tout sa c’était seulement des pensées désireuses. Ne perd pas ton temps a t’expliquer mon ange… Je sais exactement ce qui se passe quand tu es allumée et ce qui se passent quand je suis hors de ta fenêtre. »

Dans quel cas utiliser ce titre : Ce titre est indiqué dans le cas où tu t’es fais violemment friendzoner, quand tu viens de comprendre qu’il ne se passera (plus jamais) rien avec l’être désiré, ou, si tu t’es fais méchamment remballer hier soir. Ou le soir d’avant. Ou le soir qui arrive.

Posologie et contre indication : Ce produit ne doit pas être consommer dans sa version instrumentale classique, un fort sentiment de violence risque sinon d’apparaître.

Effets non souhaités et gênants : Ce traitement peut entraîner un sentiment de jalousie incontrôlable, un fort risque de dépendance ainsi que de nombreux effets secondaires comme l’écriture massif de textos non assumés, ou une prise de conscience douloureuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*