La Venus à la Fourrure

5 février 2014 0 Par Julien

header-venus

Information technique : Comédie, 1h37.

venus-afficheCe film a été une véritable surprise pour moi, on m’a dit qu’il était spécial… Il faut donc croire que j’adore le spécial ! Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric se partagent seuls la réplique sur les planches de bois d’une scène de théâtre (Spécial, je vous l’accorde). Mathieu incarne Thomas, un metteur en scène qui recherche désespérément sa Vanda, la femme qui incarne Vénus dans sa pièce. Vanda, vous l’aurez deviné, est interprété par Emmanuelle qui joue une comédienne en galère qui semble avoir eu un passé d’actrice porno.

L’ambiance « huis clos » nous emporte très vite dans un jeu de séduction tirée du livre de Sacher-Masoch (Ce livre qui aurait fait scandale à son époque. Oui, c’est du nom de l’auteur que le terme Masochisme a vu le jour. Spécial toujours. [La reprise de termes d’intro – ici « spécial » – comme ça rend ton paragraphe plus fluide… ça te permet de faire rentrer le lecteur dans ta tête. Ou du moins de leurs donner cette impression]). En ce qui concerne la mise en scène, Polanski la manie à merveille . On distingue à peine les changements de costume qu’effectuent nos 2 comédiens (Ou l’otage de costume d’ailleurs… Vanda se retrouve nue sans même qu’on ait eu le temps de le voir venir !) et notre cerveau s’adapte très vite au jeu théâtre-film quand ils énoncent les didascalies.

J’ai vraiment ressenti beaucoup de choses en observant ce film, il y a de la vulgarité mais aussi de la classe, de l’humour mais aussi de la compassion, on est jamais sûr de rien, ni même de qui est réellement Vanda car… Elle est tout bonnement imprévisible.

Si tu aimes le théâtre, il faut absolument que tu ailles voir ce film, tu vas adorer ! Et si tu n’aimes pas le théatre, va voir ce film avec des gens qui aiment ça, et des séducteurs, des manipulateurs, et ceux qui aiment être surpris.

En ce qui concerne le menu du chef ? A regarder avec un thé (ou un café) et des biscuits secs !