Dour festival 2016 - Pose de Jacques

NEWS – DOUR 2017, ce qu’il ne faut pas rater le vendredi

Avec 236 noms sur cinq jours de festival, il est difficile de s’y retrouver. Histoire de naviguer en terres moins obscures, on défriche pour toi la programmation jour par jour. Si tu n’es pas encore au fait sur le festival ou si tu veux découvrir la programmation du mercredi, on te conseille d’aller lire ce premier article. Si tu veux lire l’article consacré à celle du jeudi, on t’invite à venir ici. Cette semaine, on s’attaque à la programmation du vendredi !

Voici une playlist regroupant tous les artistes conseillés ci dessous. N’hésites pas à naviguer au fur et à mesure de ta lecture, on a conservé le même ordre par rapport à la présentation.

Reggae

King Jammy

Pour commencer tranquillement cette journée du vendredi, direction The Last Arena pour le live du français Manudigital. Armé de ses synthés et boîtes à rythmes, il sera accompagné pour l’occasion de 3 MCs d’horizons divers pour une performance pleine de positive attitude. De l’autre côté du festival, tu pourras retrouver en début de soirée à La Petite Maison dans la Prairie une pépite de la scène reggae dancehall dub, le jamaicain King Jammy. Plus de trente ans de carrière et l’assurance de recevoir un maximum de good vibes.

Hip-hop / R&B

Deux jours après Vald, c’est un autre rappeur français au style décalé qui va venir enflammer le festival. Alkpote divise de par ses textes crus et un ego trip poussé à l’extrême. A déconseiller aux oreilles chastes ! Dans un style différent, le duo américain The Underachievers revient à Dour pour notre plus grand plaisir. Aussi à l’aise sur des instrus trap que des productions plus jazzy et lumineuses, Issa Gold et AK ont eux aussi de quoi retourner la Jupiler Boom Box. Après son rendez-vous manqué l’année dernière, tu pourras retrouver Pusha T, l’un des meilleurs rappeurs américains en activité. L’ex-membre de The Clipse a toujours su s’entourer et délivre très régulièrement des titres de haute volée, fait d’instrumentaux sombres et futuristes.

Si après ça tu n’as toujours pas ta dose, direction The Last Arena pour le concert du légendaire NAS. Le new-yorkais serait peut-être sur le point de sortir un nouvel album. En attendant, il sera à Dour pour y délivrer ses grands classiques, de The World is yours à The Message en passant par N.Y State of Mind. En milieu de soirée, tu n’oublieras pas d’aller voir le duo de producteurs anglais Snakeships qui viendra t’administrer une bonne dose de R&B sexy, fondu dans une électro-pop rafraichissante.

Pusha T

Electro

Si tu cherches de la trap teintée de diverses influences, direction la Jupiler Boombox, où Hucci mêle avec brio nappes planantes scandées par des rythmes lourds. Très à part, dans son univers Crystal Castels, bien qu’après avoir changé de chanteuse, reste dans des tons sombres et vous assure un dépaysement bien barré. On aime, ou on déteste, mais on ne reste pas indifférent à la performance des canadiens, et rien ne vaut mieux que de faire un détour à l’orée de la nuit par la Caverne pour aller voir leur performance et se faire une idée.

Au milieu des noms très techno de la Red Bull Elektropedia, on retrouvera notre trio français Appolonia. Un set à six mains qu’on a eu l’occasion d’écouter à plusieurs reprises, toujours très funky, laissant nos gambettes s’exprimer rapidement au rythme de groove de leur musique. Véritable mélomane, distillant une électro mélodieuse Superpoze sera au Labo pour présenter son nouvel album For We the Living. On a récemment eu l’occasion de le voir en concert à L’Aéronef (report ici) et on peut vous assurer que ça en vaut le détour ! Autre figure électro présente sous le petit chapiteau du Labo ce vendredi, le jeune berlinois Palm Trax aux sonorités house bien particulières teintées d’une bonne dose d’acid.

Techno

Pour son second jour d’ouverture, la Red Bull Elektropedia Balzaal laisse la place à la techno et on risque bien d’y passer du temps ! Amelie Lens, qui a bien grandit depuis son passage au festival l’année dernière, et qu’on arrête plus. Elle propose des sets aux sonorités brutes et sombres, et risque bien de rassembler tous les fans de techno du genre sur les pentes du terril. Producteur et DJ italien, Sam Paganini ne fait pas dans la douceur. Fort de ses 20 années de production, il est l’un des grands noms de la techno underground et sa techno sombre au fort groove n’est assurément pas à rater ! Blawan, l’une des figures les plus influentes de la scène techno anglaise ces dernières années. Ses sets sont souvent d’une certaine forme de brutalité, tout en étant très beau musicalement parlant. Dernier artiste techno de ce vendredi, et pas des moindre, la productrice, à la tête du label трип (Trip), Nina Kraviz sera de retour au festival cette année. On se rappelle encore avec nostalgie de son set spectaculaire desservi sur une Red Bull Elektropedia pleine à craquer en 2015, un des grands moments de cette édition !

Nina Kraviz

Drum & Bass

Les jours dédiés au genre sont assurément le jeudi et le samedi. Mais on ne peut que conseiller pour les amateurs du genre d’aller faire un tour devant Noisia sur la grande scène. Bien qu’habitué du festival, le trio néerlandais n’en reste pas moins une référence, d’autant plus que cette année ils se produiront avec un gigantesque visuel intitulé Outer Edges. Second artiste valant le détour en drum and bass ce vendredi, Wilkinson, qui se produira en live dans La Caverne. Le plancher se souviendra de son passage avec ses morceaux d’une efficacité certaine !

Pop

The Blonde Redhead

Avec leur bonne humeur communicative, Mountain Bike pourrait être l’une des belles découvertes pop de ce Dour 2017. Les belges proposent un son garage et des mélodies évoquant parfois Mac Demarco pour des compositions sentant bon l’été, la planche de surf sous le bras. Tu pourras revenir un peu plus tard au labo pour Pale Grey, un groupe liégeois naviguant entre indie-pop et électro-pop. Si tu souhaites un moment de légèreté, c’est le groupe idéal pour ce milieu d’après-midi. Pour une pop un peu plus dynamique, c’est vers la Last Arena qu’il faudra se diriger avec la britannique Anne-Marie. Elle a cartonné dans les charts avec son tube Alarm et évolue quelque part entre pop, électro et des influences reggae. Rien de très original mais il faut reconnaitre que c’est plutôt efficace. Tout aussi évidente mais dans un registre un peu plus 2000’s, la musique des nord irlandais de Two Door Cinema Club ne devrait pas manquer de te faire bouger. Il faut dire que le trio sait y faire en matière de pop sautillante et aligne depuis plus de dix ans des chansons aux mélodies entêtantes.

Nous les avions loupés en 2014 et cette année nous ne les manquerons pas. Le trio américain The Blonde Redhead revient sur la plaine de la machine à feu pour un live dont on espère beaucoup. La voix ensorcelante de la japonaise Kazu Mikuno et des compositions profondes entre dream-pop et indie-rock sauront te transporter.

Rock, punk & métal

The Kills

Si tu veux commencer ta journée en mode bien énervé, direction le labo où tu feras la rencontre des belges survoltés de Prince Harry. Ils viendront y présenter leur nouvel album fait d’électro-punk destructeur et de lignes de synthés agressives. Toujours au labo, toujours en provenance de Belgique et toujours au rayon punk déjanté, Cocaine Piss devrait être une expérience live intense des plus intéressantes. Ils proposent des compositions souvent très courtes mais habitées d’une énergie folle avec une chanteuse totalement barrée. Si tu préfères un peu plus de sobriété, va plutôt vers La Caverne qui propose tout d’abord le groupe anglais Circa Waves. Tu pourras y entendre les toutes nouvelles compositions du quatuor, très influencé par le rock US et dont ressortent des mélodies catchy et énergiques. Le grand rendez-vous de l’après-midi à la caverne sera sans aucun doute le duo The Kills. D’un côté la très sexy Allison Mosshart, de l’autre son compère Jamie Hince pour une mixture de rock garage addictive un peu psyché.

 

[tabs type=”vertical”][tabs_head][tab_title]The Last Arena[/tab_title][tab_title]Jupiler Boombox[/tab_title][tab_title]La Petite Maison dans la Prairie[/tab_title][tab_title]La Caverne[/tab_title][tab_title]De Red Bull Elektropedia Balzaal[/tab_title][tab_title]Le Labo[/tab_title][/tabs_head]

[tab]

  • Manudigital live + Queen Omega + Taiwan MC + Solo Banton
  • Anne-Marie
  • NAS
  • Noisia ‘Outer Edges’
  • Two Door Cinema Club

[/tab][tab]

  • Alkpote
  • The Underachievers
  • Pusha T
  • Snakehips
  • Hucci

[/tab][tab]

  • King Jammy
  • Blonde Redhead

[/tab][tab]

  • Crystal Castles
  • Wilkinson live
  • Circa Waves
  • The Kills

[/tab][tab]

  • Apollonia
  • Amelie Lens
  • Sam Paganini
  • Blawan
  • Nina Kraviz

[/tab][tab]

  • Superpoze live
  • Palms Trax
  • Mountain Bike
  • Pale Grey
  • Le Prince Harry
  • Cocaine Piss

[/tab][/tabs]

Parcours, choix de la sélection et texte réalisés par Vincent & Gauvain

 

2 thoughts on “NEWS – DOUR 2017, ce qu’il ne faut pas rater le vendredi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*