Banner_pano18

Pour un Pano avec toi…

logo_PanoLes Panoramas, et moi, c’est tout une histoire. Nous avons découvert ce festival lors de sa précédente édition en 2014, et il y déjà tellement de choses que l’on souhaiterait vous faire partager. Bien plus qu’un simple festival, les bretons ouvrent notre saison des festivals avec un événement qui vous fera voyager bien plus loin que ce que vous imaginez.

Parler d’un festival, en soi, ce n’est jamais très compliqué. Je pourrais vous parler de la programmation, des nouvelles offres de restauration, ou du choix judicieux pour leur dates… Et je le ferai un peu plus bas. Mais pour comprendre les Panoramas, et savoir ce qui vous attend, il vous que vous ressentiez ce que nous avons ressenti il y a un an maintenant.

Perdu dans une petite ville Bretonne (charmante petite ville bretonne !), à quelques kilomètres des côtes, les Panoramas… C’est une bulle qui vous câlinera. Loin de tout (mais suffisamment près du Mac Donald’s pour recharger vos batteries le samedi au réveil) l’implantation du festival est telle qu’une fois les rangées de voitures passées, et si vous venez de faire plus de 700km de route comme nous, vous vous sentirez perdu… Mais appelés par les premières notes de basses, perceptibles depuis le parking, vous allez vite vous sentir comme chez vous.

Plan_pano_2015
Plan du festival

Divisé en 3 scènes, foncez d’abord vous réfugier dans le « club ». L’an dernier, nous avons eu l’occasion notamment d’y voir Zwette qui a enchanté la horde de festivaliers avec son « Another Love » (il faut dire qu’il choisit vachement bien ses morceaux !). Niché sous un chapiteau, animé par des jeux de lumières magiques, vous trouverez toujours une bonne excuse pour y retourner.

Une fois rassasié, vous pourrez aller vous sustenter sur la zone resto, à quelques mètres de là où vous trouverez des points d’eau, mais aussi des plats exotiques, des fajitas, des kebabs (le gras, parfois, c’est nécessaire), et des galettes (nous sommes en Bretagne après tout !) avant de vous rendre au Grand Club, qui vous attendra juste à quelques mètres de là… Ce vaste entrepôt est certes beaucoup moins personnel. C’est grand, TRÈS grand. Mais regardez autour de vous ! Les gens seront sûrement aussi heureux que vous. Peut-être aussi sûrement plus déguisés… Mais vous vous fondrez vite dans la masse, et vous y prendrez goût. C’est ici que se retrouve les têtes d’affiches du festival, et il y en aura pour tous les goûts : The Bloody Beetroots, Infected Mushrooms (qui risque fort de vous rendre fou avec leur « Becoming Insane » !), Boris Breja, Super Discount, Laurent Garnier ou encore Brodinsky… Tout ça à quelques kilomètres de la mer ? Qui l’eut cru ! Je vous conseille aussi d’aller jeter une oreille à BDFC et à Don Rimini, qui vous fera danser dès votre arrivée sur le festival samedi soir !

Une fois que vous aurez suffisamment usé vos semelles et aurez besoin de prendre un bol d’air frais, dirigez vous gentiment vers le Club Sésame… De l’autre côté du terrain du festival. Profitez-en pour observer les gens autour de vous, vous poser quelques instants dans l’herbe, ou allez vous chercher une autre bière. Vous n’êtes pas à l’abri d’une discussion fortuite avec un parfait inconnu, d’une surprenante ballade avec le type d’à côté, ou d’une clope partagée avec la fille d’en face… Mais c’est à cet instant là que vous étofferez votre recueil de souvenirs.

Le Club Sésame est plus petit, mais accueillera une brochette d’artistes dont vous avez déjà surement tous entendu parlé : Salut c’est cool, Joachim Pastor, Max Cooper et j’en passe. Pour cette édition, vous pourrez aussi notamment y croiser Kink et Lido, mais aussi FKJ qui vous transportera avec ses lignes souls et son Lying Together… C’est LE trio gagnant que je vous conseille. L’an dernier, cet espace avait été envahi par une brochette de Dj labellisé The Sound You Need, cette oh comment fameuse chaine YouTube qui a pour habitude de câliner tes oreilles à coups de remix et d’edit deep et sensuel. C’est d’ailleurs dans cet espace que nous avions eu l’occasion de croiser nos oreilles devant les sets de Bondax (muy caliente !) et de N’To… Un vrai bonheur.

Pour clôturer cet article, je me contenterai de vous donner quelques conseils. Pratique d’abord, car sachez qu’il n’y a pas de distributeurs sur le festival, munissez vous donc d’un peu de liquidités pour ne pas vous retrouver assoiffés. Mais un conseil comportemental surtout… A savoir : soyez curieux ! Les programmateurs de ce festival sont de petits génies, et le milieu de la musique actuel le sait. Vous ne les verrez surement pas, mais il n’est pas à exclure, à la vue de la précocité de ce festival, que vous croiserez ou partagerez un verre avec les programmateurs d’autres festivals nationaux (ou pas) ou des rédacteurs de plusieurs magazines d’importance, alors faites comme eux : ne me croyez pas sur parole, et soyez curieux. Ce festival regorge de petites perles, ne restez donc pas ancrés à vos préjugés et n’hésitez pas à aller voir des artistes que vous ne connaissez pas, je suis prête à parier qu’il vous le rendront bien !

C’est tout pour moi… Je vous laisse avec la sélection de l’équipe, pour vous échauffer les oreilles. Nous, on va finir nos valises et checker notre covoit’. On vous voit là-bas !

LA SÉLECTION DE JULIENjulien_pano

Joachim Pastor : Lors des Pano#17, Worakls et N’To ont su nous faire voyager dans un univers onirique, et cette année c’est au 3e membre du label Hm. Hungry Music de faire danser le peuple bretons. Je l’ai découvert il y a un an avec le remix de Jimmy interprété par Moriarty, j’ai vu ce que ses notes ont fait à toute la foule lors d’un précédent live, et je suis très curieux de voir cela une seconde fois, surtout avec le cadre celtique qu’impose un festival breton comme les Panoramas. Beaucoup plus calme que ses deux compères, j’espère qu’il va me faire rêver avec le remix d’un morceau de son pote Worakls et me faire bouger les pieds sur ses compo telle que Kenia ou Born and Left. Salut C’est Cool : Je viens de les voir à Lille et leur réputation les précède, j’ai jamais autant bougé sur de la musique électronique, si vous avez envie de vous défouler sur la recette de la purée, de crier votre amour à Tony Hawk ou encore de délirer avec vos potes sur Trick Global en dansant la marche du crabe à 2, 3, 4, 6 voire 12 : Foncez ! Ce groupe est fait pour passer un ENORME moment entre potes.
The Bloody Beetroots : Duo italien aux sonorités électro-punk-acid dès que j’entends le petit Tic-Tac de WARP mes jambes commencent à frémir et au moment où le « ONE ! TWO !» atteint mes tympans je ne peux résister à dégager un bon gros « WOOP !! WOOP !! ». Voilà pourquoi il faut aller voir ces deux betteraves rouges, déjà rien que si je m’époumone je sais que je vais passer une bonne soirée mais alors s’ils jouent dimmakmmunication ou Chronicles of a Fallen Love je pourrais peut-être faire des infidélités à un autre duo masqué !

LA SÉLECTION DE MIKA mika_pano

Max Cooper : Il est le Dj que je n’ai encore jamais vu et dont les mélodies me font le plus rêver. Une techno lame mélancolique et délicate, comme une sorte d’électronica lyrique. Artiste atypique, il débute avec  un doctorat en biologie puis devient producteur électronique. Au sein d’influences empiriques tels que Sigur ros, il cultive une musique suave et élégante ou minutie, expérimentation  et légèreté s’entremêlent allègrement. A écouter : Enveloped.
Boris Brejcha : Dj allemand au style minimale. Il allie à la fois une techno mélodique et des kicks secs et sombres. Il porte un masque vénitien qui lui va plutôt et qui ajoute pas mal de folie à ses sets (cf : DOUR scène redbull sur un grand écran à 10 m de haut !) Son univers est un florilège de sensations douces et puissantes entre onirisme et transe ! A écouter : Purple Noise.
Kink
:Kink est un Dj Bulgare connu au travers de ses sets inédits et groovy. Classé 3e dans le top des live sur RA, Strahil Velchev marque ses productions d’une house propre et expérimentale. De touches rapides entre launchpad et synthétiseurs, Kink tape du pied et nous le suivons allègrement. A écouter : RA Sessions.

Plus d’information : Facebook / Site internet

La programmation complète (cliquez pour agrandir) : pano-programme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*