REPORT – Perdu dans les limbes à Château Perché !

REPORT – Perdu dans les limbes à Château Perché !

16 août 2018 0 Par Gauvain

Déboussolé, c’est l’adjectif résumant le mieux l’expérience vécue au festival Château Perché ! J’ai pénétré dans ce festival sans avoir la moindre idée du phénomène, afin d’y vivre l’expérience de la manière la plus totale possible. Après trois ans à arpenter les festivals de long en large, celui-ci m’a tout simplement bluffé ! Une parfaite conclusion à ma saison estivale de festivals.

Arrivé dans l’Allier, après avoir traversé la petite bourgade de Trévol, nous nous tenons devant les portes du Château d’Avrilly, lieu de vie de nos prochaines quarante huit heures. L’endroit aux airs de bordel organisé est déjà bien plein en cette fin d’après-midi et c’est donc le fameux camping numéro trois qui sera notre terre d’accueil. Primitif est le terme le plus adéquat pour décrire l’endroit : une pâture bordée d’arbres. Deux options s’offrent à nous pour profiter des différentes commodités utiles. Première pour les courageux, réaliser la longue route jusqu’au premier camping. Seconde pour les flemmards, engrais dans la forêt. Mais attention aux mines laissées par ses homologues, particulièrement dans le noir ! Ça pourrait mener à des situations délicates !

No sens

Deux cents noms d’artistes constituent la line-up, aucun connu au bataillon ! Pas de timetable communiquée en amont, ça nous convient parfaitement. On s’abstrait de la notion du temps et du stress provoqué par la peur de manquer un artiste et on revient aux bases ! Pour cela, rien de plus simple, nous avons besoin de…

Deux ingrédients capitaux

Tout d’abord, un lieu, beau, et atypique. Cette année, ce sera le château d’Avrilly, niché au cœur d’un parc de cent hectares. Bâti sur des restes du XVe et XVIIe siècle, il arbore des rénovations du XIXe. Au sein de celui-ci, on trouve des orées boisées, des étendues d’eau magnifiques, et toutes sortes de bâtiments dont l’utilité habituelle restera mystérieuse ! Une dizaine de scènes se dressent allègrement au sein de ce lieu des plus inhabituel ! Pour parfaire le tout, l’endroit est encore plus féerique grâce à un ensemble de décors plus bluffants les uns que les autres ! La nuit, illuminé de mille façons, la contemplation se fait encore plus grande !

Très libre le thème Charles Fréger

En second lieu, des festivaliers, et de ce point de vue là on est servi ! D’une bienveillance totale, la plupart sont maquillés et déguisés. Deux jours, deux thèmes : “Tribute to Charles Freger’s” et “La Belle Époque”. Interprétés plus ou moins librement, la magie est restée totale et renforce d’autant plus l’expérience merveilleuse prodiguée en ce lieu. On y croise drag queens, architectes, informaticiens, circassiens, docteurs, étudiants en pharmacie en découverte de nouveaux médicaments, chômeurs, musiciens, philosophes en herbe, poètes, cuisiniers, et tout genre de  joyeusetés avec qui on prend toujours beaucoup de plaisir à échanger ! Un monde très peace & love, particulièrement accentué par certaines recettes et concoctions magiques ! L’expérience est hallucinante et mène chaque festivalier à ne jamais s’arrêter de danser, quitte à rentrer en transe !

Et si ce n’était qu’un rêve ?

Ce festival redéfinit en tout point les repères habituels, menant à une expérience unique en son genre. La musique ne s’accordant qu’une courte pause en début d’après-midi le samedi, les quêtes spirituelles sont tout à fait appropriées. Et que dire quand, en parcourant le festival, en tombe en pleine représentation théâtrale contemporaine orchestrée par une secte vêtue tout de rouge. Sommes nous dans la réalité ? On en perd encore plus ses repères lors des expérimentations sonores très Pierre Henry opérées sur la scène chill. Mais comment décrire ce voyage sans être pris pour un fou ?!

Château perché, c’est simple. Nous sommes tellement bien accueilli, dans un cadre si exceptionnel, peuplé de personnes si extraordinaires et libérées qu’effectivement, on pourrait croire à un rêve délicieux, où chaque désir peut être asservi rapidement. Envie d’une nouvelle coupe de cheveux ? Pas de problème. Plutôt tatouage pour se remémorer sa vie durant le périple, c’est possible ! Envie de détente avec un massage ? C’est la roulotte là-bas ! On s’étonne de redessiner le monde tel qu’il devrait être avec chaque personne croisée. La liberté d’esprit du lieu totale permet à tous les arts de s’exprimer ! Chaque talent a sa place. Artistes et festivaliers ne forment plus qu’un. Un mythe de quelques dizaines d’heures, à ciel ouvert qu’on prendra plaisir à conter à qui le voudra. Pour sûr qu’on risque d’arpenter le prochain château où le festival prendra place !