REVIEW – Cyborg de Nekfeu

REVIEW – Cyborg de Nekfeu

8 décembre 2016 0 Par Vincent

Pour tout vous dire, je ne me suis jamais vraiment penché en détail sur le premier album de Nekfeu. Oui je sais, honte à moi… Alors bien sûr, je n’ai pas pu passer à côté d’un titre comme On verra, diffusé de façon massive en 2015. Mais jusque-là il faut le dire, Nekfeu n’était pour moi qu’un honnête rappeur dont je n’avais pas mesuré tout le potentiel, oui je sais re-honte à moi…nekfeu-photo-presse-2-credit-julien-lienard-tt-width-604-height-403-crop-0-bgcolor-000000-lazyload-0

Et puis à l’été dernier, il y a eu ce passage au festival Le Cabaret Vert qui m’avait marqué par une prestation scénique de très bon niveau, que ce soit dans l’énergie déployé ou le travail de mise en scène.

Alors quand le 02 décembre dernier, il dévoile à la surprise générale son nouvel album lors d’un concert à Bercy, je décide de me laisser tenter et 60 minutes plus tard, ma vision sur le travail de Ken Samaras a bien changé.

Ça commence de la meilleure façon possible avec l’introspectif  Humanoide et ses nombreux questionnements sur notre vie quotidienne.  Pendant six minutes, Nekfeu déploie déjà tout son savoir-faire. Des textes vraiment travaillés avec de nombreuses figures de style et un flow millimétré collant parfaitement au rythme. Mélancolique sans tomber dans la facilité, voilà une superbe entrée en matière.

Sur Mauvaise Graine, Nekfeu revient d’avantage sur sa vie personnel, ses fréquentations et les difficiles étapes qu’il a franchi pour en arriver là et qui l’ont aussi rendu plus fort. Un morceau torturé contrebalancé par le puissant Squa, clairement l’un des meilleurs titres du disque. D’avantage orienté club, Nekfeu ne baisse pas pour autant les bras au niveau de l’écriture, non, pas vraiment le genre du bonhomme.

Refrain percutant et une modernité dans la production qui fait plaisir, loin des clichés du genre au niveau des lyrics. Voilà le genre de titre qui fait avancer le rap français dans la bonne direction.  Cette volonté de passer à l’étape suivante, on la retrouve sur l’excellent Esquimaux, flow rapide calé sur une basse bondissante.

Réalité augmenté revient avec beaucoup de lucidité sur notre rapport aux réseaux sociaux avec une production de nouveau mélancolique collant idéalement aux textes. Le superbe et plus contemplatif Avant tu riais dévoile la chanteuse Clara Luciani, l’un des très nombreux featurings du disque.

Plutôt que de s’entourer de rappeurs bankables, Nekfeu préfère partager l’affiche avec ses potes et son crew,  qui trouve là l’occasion de briller aux yeux du plus grand nombre. Que ce soit Murkage Dave sur le jazzy O D, Alpha Wann sur le plus rétro Vinyle ou encore S Pri Noir sur l’entraînant Saturne. Ces différents choix d’invités contribuent évidemment à la richesse de ce disque et à démontrer la volonté de Nekfeu de produire un album de haut niveau sans chercher le succès facile à tout prix.

Même quand il se la joue plus lover sur Galatée , il ne sombre pas dans la niaiserie et la paresse. Alors certes les intrus baissent en qualité sur les trois derniers titres mais voilà, on tient définitivement l’album de rap français de l’année. Intelligence d’écriture, production moderne évoluant dans différentes atmosphères, Cyborg est un album exemplaire alliant pleinement le fond et la forme.

un-pandaun-pandaun-pandaun-pandaun_demi_panda-1