REVIEW – Get Out de Jordan Peele

Profitant de son succès surprise outre atlantique, critique comme commercial, Get Out as bénéficié chez nous d’un gros coup de pub, notamment à l’aide d’immenses affiches placardées dans les cinémas. Bien trop souvent, celles-ci sont pleines de slogans surfaits ne reflétant absolument pas la qualité de l’œuvre proposé. Pourtant ici, pas de mensonge, Get Out est bien le film brillant et surprenant que l’on nous a vendu. 

A la baguette de cette œuvre jubilatoire se trouve Jordan Peele, un humoriste américain travaillant pour la télévision. Pour sa première œuvre, il se place d’emblée comme l’un des plus prometteurs réalisateurs des années à venir. Maîtrisant la grammaire cinématographique avec une aisance évidente, il trouve dans ce premier film l’occasion de marier harmonieusement la comédie noire et le cinéma d’horreur tout en proposant un formidable film traitant du racisme quotidien et des préjugés gangrenant notre société.

Chris, jeune homme noir est en couple avec Rose, une femme blanche. Ils s’apprêtent à rendre visite pour la première fois aux parents de Rose avec toutes les inquiétudes que cela suscite chez Chris. Ces inquiétudes vont doucement disparaitre, les parents de Rose accueillant le jeune homme de manière chaleureuse. Dans cette immense demeure, Chris tente de prendre doucement ses repères mais petit à petit, des événements incongrus surgissent….
Ce film est une belle mécanique qui fonctionne dès les premières minutes grâce au charisme des deux personnages centraux, impeccables Daniel Kaluuya et Allison Williams. Jouant avec les codes du film d’horreur traditionnel, Jordan Peele transgresse là un genre si souvent vide de sens pour lui en donner une dimension sociale étonnante. Rarement le sujet du racisme n’aura été traité de façon aussi originale au cinéma. Pour faire passer la pilule, le réalisateur américain y ajoute une dose d’humour particulièrement savoureuse, notamment avec Rod, le pote de Chris, un véritable personnage comique comme on en fait que trop rarement.

Jordan Peele a aussi le don pour mettre en place des scènes pleine d’une tension presque suffocante, jouant parfois avec les situations et les personnages à la manière d’un David Lynch. Chris se retrouve perdu au milieu de situations de plus en plus rocambolesque et flippantes. Il y a notamment une scène d’hypnose absolument incroyable d’ingéniosité de par sa mise en scène redoutable d’efficacité.

Si la toute dernière partie perd un peu en originalité, on ne regrette jamais les deux heures venant de se dérouler. Get Out est un film fascinant, le réalisateur s’affranchit ici de tous ces modèles pour délivrer un film avec une véritable identité. Le public américain a vu juste en apportant à ce film indépendant, un succès totalement mérité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*