REVIEW – L’Opéra de Jean-Stephane Bron

Faute à un coût souvent onéreux et une image élitiste, l’opéra est un lieu qui continue de n’attirer qu’un certain public, devenu  un endroit paraissant presque inaccessible pour la majorité des gens. Le réalisateur suisse Jean Stephane Bron se propose de nous emmener durant près de deux heures dans cet univers méconnu. Il a filmé l’Opéra de Paris de l’intérieur durant un an, s’intéressant aussi bien au ballet qu’aux grands airs d’opéra, aux œuvres classiques ou encore aux compositions contemporaines.  

Très expérimenté dans le monde du documentaire et récompensé à plusieurs reprises, il prend là le pari de briser l’image collant à ce milieu. Plutôt que de nous infliger une série d’interviews où tout le monde s’auto glorifie, il prend la distance nécessaire et s’intéresse à absolument tous les protagonistes qui font vivre ce lieu unique.

Il y a là toute une galerie de personnages aussi divers que la vie réelle peut l’être avec des caractères et des personnalités très différentes et très marqués. Le réalisateur attache autant d’importance à placer tous ces personnages sur la même échelle sans jamais pour autant oublier les rapports hiérarchiques existants.
On y rencontre le chorégraphe star Benjamin Millepied et ses danseurs surdoués tandis que dans une autre salle, les élèves apprentis attachants de la classe des Petits violons font leur gammes. Pour faire vivre tout cette belle mécanique, il y a également toute une série de métiers de l’ombre qui ne sont pas oubliés, les régisseuses, les maquilleurs jusqu’aux femmes de ménages.

De ce lieu dont on pense qu’il est hors du temps et de l’actualité, on se rend compte qu’il est comme tout à chacun soumis aux aléas de la réalité. On y discute argent sans tabou, exigence de rentabilité. Le patron est également soumis aux revendications des salariés conduisant à l’appel à la grève, inimaginable dans ce lieu prestigieux.

Les protagonistes ne sont jamais mis sur un piédestal où masqués derrière un filtre adoucissant. Comme dans n’importe quelle entreprise, il y a des prises de becs, des échanges tendus et le réalisateur nous montre tout ça sans aucun voyeurisme. Cela contribue à rendre les différents protagonistes plus humains.

On reste subjugué par l’excellence des différents artistes et musiciens. Le film Black Swan m’avait ouvert les yeux sur la difficulté physique et mentale de la danse classique et du ballet. Ce documentaire ne fait que le confirmer. On prend toute la mesure des performances accomplis lorsque les danseuses sortent de scène totalement épuisées. Plus impensable encore pour les chanteurs d’opéra, livrant des performances bien plus exigeantes qu’il n’y parait. Ce très haut niveau requis laisse admiratif.

Dans ce lieu si confiné, on y parle français évidemment mais aussi anglais ou encore allemand. Des artistes et musiciens de tous les continents viennent se produire dans cette enceinte réputée à travers le monde. Ce brassage culturel donne encore un peu plus de magie au film.

A tous cela, on ajoute une réalisation intelligente et un montage pertinent et on obtient au final un documentaire passionnant ouvrant la porte vers un monde presque inconnu jusque-là. Vu les tarifs des billets annoncé par le directeur de l’établissement, on n’est surement pas prêt d’y mettre un pied, l’initiative  de Jean Stéphane Bron n’en ait que plus indispensable.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*