REVIEW – NOCTURNAL ANIMALS de Tom Ford

De Tom Ford, je ne connaissais pas grand-chose mis à part le fait qu’il soit considéré comme l’un des stylistes les plus influents de la planète. Alors quand je vois que le type s’essaie au cinéma et que son film a remporté un prix à la Mostra de Venise, je me dis que ça vaut peut-être le coup, histoire de voir si l’artiste est aussi doué derrière une caméra.nocturnal_animals

Pour ce qui constitue son deuxième film, le réalisateur américain a choisi de se pencher sur un thriller aux contours lynchéens. Accueilli par une scène d’ouverture étonnante, presque burlesque, on fait la rencontre de Susan. Travaillant comme galeriste d’art au beau milieu d’un Los Angeles froid et huppé, elle semble dévorée par l’ennui et la mélancolie et doit faire avec un mari volage. C’est alors qu’elle reçoit un bouquin écrit par son ex-mari Edward. Au fil des pages, celui-ci va alors exercer une véritable emprise sur ses pensées. Ce livre raconte la vie d’une famille pris au piège par une bande de locaux déjantés sur une route désertique. Ce récit perturbant s’entrecroise alors avec les souvenirs de la relation passé avec Edward.

Tom Ford débute son film de bien belle manière avec notamment une scène de poursuite prenante, pleine de tension. Nous voilà installé dans une zone d’inconfort, comme l’envie de traverser l’écran pour aller aider cette famille pris au piège. On se dirige vers un thriller palpitant, Tom Ford semble maitriser son sujet mais va hélas montrer quelques lacunes.

L’idée de confronter Le Los Angeles du paraitre et de l’art avec la dure réalité de l’Amérique profonde trouve rapidement ses limites. Le film souffre d’un montage approximatif manquant parfois de finesse. Esthétiquement c’est plutôt réussi mais rien de transcendant non plus.

Le film, malgré ses défauts de mise en scène, parvient tout de même à tenir en haleine jusqu’au bout de par sa galerie de personnages tous plus paumés les uns que les autres. A vrai dire, c’est surtout l’histoire d’amour entre Susan et Edward qui plombe le film. Une romance plate ne suscitant guère d’émotions.

Par contre, il n’y a rien à redire sur l’excellent casting. Amy Adams tient le rôle de Susan avec beaucoup de retenue et de minimalisme. Jake Gyllenhaal s’en sort une nouvelle fois très bien. Donnie Darko a bien grandi et impressionne toujours par son coté caméléon, capable de tout jouer. Le charismatique Michael Shannon, en flic à l’ancienne, offre également une prestation très convaincante.

Tom Ford fait du mieux qu’il peut pour mener sa barque mais finit par rendre une copie brouillonne, dépassé par son ambition artistique. On sent qu’il a dut beaucoup regarder David Lynch, il est cependant encore loin d’en maîtriser la narration et le style.

un-pandaun-pandaun-pandaun-panda-copie-2un-panda-copie-2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*