REVIEW – The Young Lady de William Oldroyd

Inspiré par l’œuvre de Shakespeare et tiré d’un livre de Nikolai Leskov, The Young Lady est un drame passionnel se déroulant en Angleterre au XIXème siècle. Katherine est une belle jeune femme contrainte à un mariage forcé avec un seigneur qu’elle ne connait pas. Elle s’installe dans sa nouvelle demeure et y découvre rapidement l’ennui et son destin de femme objet.
Alors que son mari s’absente à la guerre, elle en profite pour découvrir les alentours du château et fait la rencontre d’un palefrenier pour le moins entreprenant. Katherine ne tarde pas à céder à ses sentiments, commence alors une liaison amoureuse intense entre les deux amants. Les rumeurs d’adultères ne tardent pas à faire le tour du château et se répandent même au-delà. C’est le début des ennuis pour la jeune femme, la route vers la folie s’ouvre alors.

Si vous désirez vous échapper durant une heure et demie du bruit permanent qui nous entoure, The Young Lady s’impose comme le film idéal. Le réalisateur William Oldroyd a choisi de peindre avec réalisme la vie de l’époque. La campagne anglaise est superbement filmée, on sentirait presque le vent nous balayer le visage.  Il parvient à faire ressortir l’ambiance très calme de la vie de château et s’interdit quasiment l’usage de la musique, un parti pris radical et osé qui ne m’a, à vrai dire, pas convaincu. Certaines scènes auraient largement gagné en lyrisme si elles avaient été appuyées par une bande son classique.
Katherine est incarné par la surprenante actrice anglaise Florence Pugh. Entre adolescente insouciante et femme de haut rang en devenir, la jolie britannique est parfaitement à l’aise même si  parfois j’ai eu l’étrange impression qu’elle apportait trop de modernité à son personnage. L’histoire d’amour avec l’homme d’écurie fonctionne à moitié et peine parfois à convaincre.

Le scénario est intéressant mais souffre de certaines incohérences. Le réalisateur parvient malgré tout à ne jamais nous perdre grâce à des rebondissements disséminés aux moments propices. L’évolution saisissante de Katherine dans son comportement parait également surréaliste et bien trop précipité.
The Young Lady est un film à moitié réussi qui aura au moins le mérite de révéler une actrice talentueuse dont on entendra encore parler. Malgré quelques beaux moments, le film peine de par une histoire pas toujours très emballante et une réalisation un peu plate et trop austère. Voilà une oeuvre que l’on aura sans doute vite oublié. Il y avait pourtant matière à mieux faire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*