REVIEW – You’re Not As___As You Think de Sorority Noise

Débarqué de la ville de Hartford dans le Connecticut, Sorority Noise est un quatuor dont le nom m’était jusque-là totalement inconnu. You’re Not___As You Think constitue le troisième album d’une discographie commencé en 2014, faisant au passage franchir une étape importante au groupe. 

Berçés de nombreuses influences, les américains commencent fort avec le splendide Halo nous emmenant sur des territoires autrefois arpentés par le Biffy Clyro des grandes heures. Le refrain est fédérateur au possible et délivre une bonne dose d’énergie positive. A Portait of situé dans la continuité est tout aussi prenant et bien construit. On continue de naviguer du côté de l’émo-rock avec ces guitares mélodiques et puissantes rappelant par instants certains des meilleurs plans des anglais de Devil Sold His Soul.

Sur First Letter from St Sean, le groupe calme le jeu et vire d’avantage du côté du post rock et de la ballade. Une ambiance apaisé et sereine, une respiration teinté de mélancolie qui intervient cependant un peu trop tôt. A Better Sun démarre doucement façon indie pop 90’s puis le groupe finit par lâcher les chevaux sur un finish une fois de plus très accrocheur. Les américains ont incontestablement le sens de la mélodie. Bien sûr on pourra toujours reprocher au groupe de n’apporter aucune innovation mais ce qu’ils font, ils le font bien.

Disappeared de par sa légèreté et son coté insouciant rappellera inévitablement les grandes années du mouvement pop punk. Le morceau aurait sans doute mérité d’avantage de travail sur sa dernière partie mais une fois de plus c’est cette énergie très communicative qui nous convainc de rester à l’écoute.

La seconde partie du disque est malheureusement un cran en dessous. On se passera assez facilement de Car et de Where are you manquant d’imagination dans la composition et ne parvenant jamais à décoller malgré les efforts fournis. Le groupe repart sur la bonne voie avec les touchants Second better from St Julien et Leave the fan on, rappelant ici d’avantage un groupe comme Foo Fighters dans l’alternance entre moments calmes et riffs plus agressifs. On termine le tout avec New Room qui ressemble d’avantage à une démo, voir à une impro un peu bâclé.

Voilà donc un disque globalement réussi mais qui aurait mérité d’avantage de travail sur sa seconde moitié où les compositions se font plus paresseuses. L’album est un peu court mais mérite le détour pour ces cinq excellents premiers titres, promesses d’un groupe au potentiel évident.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*