NEWS – Dour, nos conseils pour le dimanche !

NEWS – Dour, nos conseils pour le dimanche !

3 juillet 2018 0 Par Vincent

Avec plus de 200 noms sur cinq jours de festival, à moins d’avoir une culture musicale stratosphérique c’est difficile de s’y retrouver ! Pour t’aider à ne pas passer à côté du concert que tu pourrais regretter, on défriche pour toi la programmation jour par jour. Après celle du mercredi introduite dans notre article parlant plus globalement du festival, celle du jeudi par ici, celle du vendredi par là, celle du samedi ici, dernier jour le dimanche !

Voici une playlist regroupant tous les artistes conseillés ci-dessous. N’hésites pas à naviguer au fur et à mesure de ta lecture, on a conservé le même ordre par rapport à la présentation.

Rap

Comme bien souvent à Dour, le dimanche est la journée la plus faste en termes de programmation, les organisateurs mettant un point d’honneur à clôturer le festival de la plus belle des façons. L’affiche rap de ce dimanche est d’un très haut niveau. Autant vous dire qu’à 17h15, on sera forcément du côté de la Boombox pour le live de Biffty & DJ Weedim, les grands représentants de la boulangerie française. L’ambiance risque d’être totalement dingue, le rappeur français proposant des lyrics complètements décalés et déjantés sur de très solides productions trap bien agressives. L’an dernier Lorenzo avait joué à la même heure sur la même scène et avait enflammé le chapiteau, nul doute que Biffty a les armes pour faire aussi bien. À 19h30, c’est une des plus grandes figures du rap américain qui foulera la Last Arena, Big Boi, moitié du légendaire duo Outkast. Alors que le groupe n’a plus rien sorti depuis maintenant 12 ans, Big Boi continue une carrière solo de grande qualité ayant abouti à trois albums tout à fait recommandables. N’ayant jamais succombé à quelques effets de mode, on peut s’attendre à un live des plus rafraîchissants.

Tyler the Creator

Les amateurs de rap français vont continuer à se régaler, tout d’abord avec Nekfeu à 21h30. Après Feu un premier album d’un bon acabit, il a surtout délivré fin 2016 Cyborg, l’un des meilleurs albums de rap français de ces dernières années. C’est évidemment un concert inratable d’autant que Nekfeu est réputé pour particulièrement soigner ses prestations lives. Une fois fini, vers 22h30, il faudra se précipiter vers la Boombox où Lomepal reviendra pour la troisième fois. Son album Flip, sorti l’an dernier a connu un grand succès totalement mérité tant le rappeur parisien y délivre des textes singuliers de grandes qualités sur des instrumentaux captivants. Nous l’avions malheureusement raté l’an dernier, cette année sera la bonne. On espère que vous aurez gardé encore un peu d’énergie puisque quelques minutes plus tard, il faudra impérativement revenir vers la Last Arena pour Tyler The Creator. Devenu rapidement une figure incontournable du rap US au début de la décennie, il n’a eu cesse depuis de développer un univers décalé, coloré et jubilatoire, au rythme d’un album tous les deux ans. En live, le californien est une véritable pile d’une efficacité redoutable et il y a fort à parier que la fosse risque de s’embraser une dernière fois.

Électro

Quelle meilleure incitation au voyage que la musique proposé par Polo & Pan. Le duo français possède un style à part entière, vraiment dépaysant, à écouter les yeux fermés. On se croirait parfois au bord d’un ruisseau en pleine Amazonie, ailleurs au bord de la mer des Caraïbes jusqu’à se retrouver projeté en plein milieu d’un désert. Une inspiration multiple dont on ne peut que vous recommander la performance !

Autre artiste français, Agoria a accumulé depuis les années de multiples productions. Oscillant entre house, techno et électro ténébreuse, il est ni plus ni moins que le créateur du label Infine ayant entre autres révélé Rone. On le retrouvera en live sur scène afin de présenter son dernier EP ! Voilà maintenant cinq années que les trois comparses d’Hungry Music sillonnent le monde entier pour desservir leur deep-house si mélodieuse. À cette occasion, Joachim Pastor, N’to et Worakls seront ensemble sur scène pour présenter un live à six mains de leurs différents sons ! On a tellement hâte de voir Hungry 5 sur scène !

Hungry 5 (N’to, Worakls, et Joachim Pastor)

Originaire d’Égypte, et plus particulièrement des quartiers populaire du Caire, Cairo Liberation Front compose un fameux mix entre sonorités orientales, électro ambiant et influences hip-hop. Elle se produira dans le Labo, et on est vraiment impatient de découvrir en live son univers si particulier ! Autre influence africaine, DJ Lag propose une nouvelle forme de house en provenance d’Afrique du Sud, une certaine Gqom. Le principal support ? Des rythmes entêtants sur lesquels il va être difficile de ne pas bouger ton corps !

Techno – Acid

En ce dernier jour de festival, le hardcore débarque à Dour à La Caverne, de nuit ! En tout premier lieu avec Subways Shamans, une formation réunissant Mr Gasmask et Epidemie. Ils proposent une musique très porté vers l’acid, avec un BPM assez léger teinté de pas mal de mélodies. Une belle entrée dans la matière pour cette dernière nuit. S’en suit Jacidorex, également très teinté acidcore, mais plus dark avec ces morceaux qui ne sont pas sans rappelés Gesaffelstein en plus brutal. Assez mélancolique, c’est un nom prometteur pour l’avenir ! Dernière recommandation du genre, et pas des moindres, c’est le grand Manu le Malin qui débarque pour une troisième année de suite pour fracasser la plaine de la machine à feu. La figure de proue du hardcore promet un live visuel des plus grands, et vu la carrière du bonhomme, c’est les yeux fermés qu’on vous le recommande, en espérant que le chapiteau résiste à sa venue !

Petit poulain d’Amelie Lens, Farrago joue dans les mêmes registres. Ses Eps ont déjà fait lourdement parler de lui dans le monde de la techno et ses sets sont énergiques avec des transitions harmonieuses. Plus techno, c’est Dax J qui prendra ensuite les rênes de la Red Bull. Ce DJ tunisien a été condamné à un an de prison pour avoir joué un track samplant l’appel à la prière. Mais sa carrière ne se résume pas à ça ! Ses sets, mêlant acid et techno, sont toujours de qualité et il te sera difficile de rester de marbre devant sa prestation. À un DJ d’intervalle, c’est ensuite Amelie Lens qui foulera la scène. En ascension continue depuis maintenant quelques années, la jeune productrice et DJ belge qu’on a eu l’occasion de voir de nombreuses fois propose toujours des sets très techno aux sonorités brutes, mélodies sombres et rythmes effrénés. À ne pas rater !

Boris Brejcha

Rødhåd est l’un des grands noms du genre. Originaire de Berlin, on lui doit une musique particulièrement puissante, froide et mélancolique. Il fait particulièrement honneur à sa ville d’origine, et à ne pas s’y tromper il tapera lourd le sol de Dour ! Robert Hood n’est pas réputé pour faire dans la dentelle non plus. Considéré comme le père de la minimale de Detroit, il martèle ses sets de gros kicks, surmontées de mélodies sobres. Une légende à voir !

Difficile choix pour la fin de soirée ! Tu peux tout d’abord rester à la Red Bull en compagnie de Ben Klock, résident du Berghain. Loin de faire dans la douceur, il martèle le dancefloor d’une techno organique et froide à l’allemande très carré. Pour un peu plus de mélodie, direction La Petite Maison dans la Prairie qui fermera ses portes en compagnie de Boris Brejcha. L’homme masqué fait taper du pied à l’aide de ses compositions. Il manie parfaitement les montées, les breaks alléchants, le tout avec un son claquant. Un final qui promet d’être en apothéose avec ce magicien des platines.

Metal

On ne pouvait pas clôturer ce Dour sans reprendre une petite dose de guitares, alors direction la caverne à 19h30 pour voir Sólstafir. Les islandais construisent de splendides morceaux de post rock appuyé par des guitares heavy comme il se doit. La formule est parfaitement maîtrisée et promet de beaux frissons, on est impatient de se laisser emporter par les compositions du trio. On reviendra faire un tour à la Caverne deux heures plus tard puisque Ministry, l’emblématique groupe d’indus métal viendra faire rugir ses amplis. Avec quasiment 40 ans de carrière et une énergie en live encore intacte, inutile de vous dire que ça risque de sentir la bière et la sueur sous le chapiteau. Les fans du groupe se réjouiront sans doute d’y entendre quelque une de leurs toutes nouvelles compositions.

Ministry

Pop – Chanson française

Il nous avait fait bonne impression en 2016 et c’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que l’on retournera voir Flavien Berger. Immergé dans univers un peu psychédélique, il marie avec brio chanson française et musique électronique pour un résultat des plus intéressants, bien loin des standards. Ce sera aussi l’occasion d’y entendre les titres d’un album à paraître en septembre prochain. Eux sont devenus en l’espace de 15 ans une véritable institution de la pop belge, on parle bien entendu de Girls In Hawai. Après un début de carrière influencé par le folk, le groupe semble récemment virer vers l’électro-pop mais sans perdre pour autant cette douce légèreté caressant les oreilles. Ce sera là leur sixième passage, alors autant dire qu’ils sont comme à la maison.

World – Jazz

BCUC est typiquement le genre de groupe que l’on adore voir à Dour. Originaire d’Afrique du Sud et recommandé par le très influent Gilles Peterson, ils te feront à coup sûr vibrer aux sons de percussions traditionnelles baignées dans une fusion reggae et rock psychédélique des plus réjouissantes. Rendez-vous à 18h45 pour un moment festif et assurément plein de bonne vibes. Vers 22h00, on remonte un peu plus sur la carte du monde, direction le Congo. Le groupe KOKOKO! a ceci de particulier que ces membres ont construit leurs propres instruments à partir d’objets récupéré ici et là. Tout cela donne des compositions aventureuses autant inspiré par les motifs répétitifs de l’électro que la musique traditionnelle. Inutile de résister à cette musique pleine d’un groove qui te fera irrémédiablement bouger le corps entier.

BCUC

Les amateurs de jazz et les batteurs de tout poil ferait bien d’aller faire un tour au labo sur les coups de 18h00. En effet le londonien Moses Boyd, véritable surdoué derrière ses futs, aura de quoi te donner une bonne leçon de groove et de rythme. Le britannique fait dans un jazz moderne qui devrait conquérir les amateurs du genre et convaincre sans peine les néophytes pensant encore le genre réservé à une obscure élite.

  • Big Boi
  • Nekfeu
  • Tyler, the Creator
  • Biffty & DJ Weedim
  • BCUC
  • Lomepal
  • Flavien Berger
  • Polo & Pan live
  • Girls in Hawaii
  • Agoria live
  • Hungry 5 (Worakls, N'to & Joachim Pastor)
  • Boris Brejcha
  • Sólstafir
  • Ministry
  • Subway Shamans (Mr Gasmask & Epidemie)
  • JacidOrex
  • Manu Le Malin
  • Farrago
  • Dax J
  • Amelie Lens
  • Rødhåd
  • Robert Hood
  • Ben Klock
  • Moses Boyd
  • KOKOKO!
  • Cairo Liberation Front
  • DJ Lag

Parcours, choix de la sélection et texte réalisés par Vincent & Gauvain