NEWS – Dour, nos conseils pour le jeudi !

NEWS – Dour, nos conseils pour le jeudi !

12 juin 2018 1 Par Vincent

Avec plus de 200 noms sur cinq jours de festival, à moins d’avoir une culture musicale stratosphérique c’est difficile de s’y retrouver ! Pour t’aider à ne pas passer à côté du concert que tu pourrais regretter, on défriche pour toi la programmation jour par jour. Après celle du mercredi introduite dans notre article parlant plus globalement du festival, on passe au jeudi !

Voici une playlist regroupant tous les artistes conseillés ci-dessous. N’hésites pas à naviguer au fur et à mesure de ta lecture, on a conservé le même ordre par rapport à la présentation.

Rap

Booba

Devenu l’une des figures incontournables du rap français, Booba débarque à Dour pour la première fois. Alors certes la musique du duc de Boulogne est aujourd’hui qualitativement discutable mais on ne peut pas oublier qu’il fut l’une des plumes les plus affûtée du rap français et rien que pour cela, on se réjouit d’avance d’assister à son live. Un Dour sans rappeur belge, ce n’est pas un Dour. Ce jeudi, on ira donc forcément faire un tour du côté de la Boombox pour aller applaudir Isha. Installé dans le game depuis plusieurs années, il vient de sortir 2 EP de qualité plein de lyrics bien sentis posés sur des instrus trap tantôt furieuses tantôt plus vaporeuses. On traverse maintenant l’atlantique pour retrouver l’une des nouvelles figures incontournables du rap new yorkais, Joey Bada$$. En une poignée de mixtapes et en l’espace de deux excellents albums, il a su s’imposer sur des instrus old school, un poil jazzy, loin de la trap actuelle, un grand bol d’air frais dans le paysage actuel. Dans un registre encore différent, on pourra se rendre au labo pour assister au DJ set de Preditah. Le grime semble retrouver une seconde jeunesse depuis quelques temps et le producteur anglais a toutes les armes pour vous faire succomber. Il y a fort à parier que vous y perdrez quelques points d’énergie.

Pop – Electropop

Odesza

Souvent présentée comme la petite sœur de Roméo Elvis, la belge Angele est devenue, en l’espace de quelques titres et reprises, l’une des figures montantes d’une pop moderne brisant les frontières. Chant mélangeant anglais et français, elle propose de délicieuses chansons faussement légères pleines d’histoire de cœur et de peine. Toujours chez nos amis belges, on pourra partir à la découverte de Soldout, un duo faisant là une dernière tournée. Leur pop synthétique sent bon les années 80 mais pas que, et ceci grâce à l’ajout d’une bonne dose d’électroclash impulsant au passage le quota d’énergie suffisant pour te faire remuer comme il se doit. On reste encore en Belgique avec Mugwump. Originaire de Bruxelles, il distille un post punk des plus intéressant toujours à la frontière de l’étrange. Lignes de basses misent en avant, influence du rock psychédélique et du disco, Mugwump trouve ici parfaitement sa place dans le labo. Pas très loin, sous le chapiteau de La petite Maison dans la Prairie, on s’empressera d’aller voir Son Lux venant défendre leur tout récent dernier album. Si tu ne connais pas, prépare-toi à plonger dans une pop expérimentale, mystérieuse et complexe d’une grande sensibilité. Mais l’événement pop de la journée se jouera sans doute du côté de la Last Arena avec la venue des américains d’Odesza. Devenu à juste titre l’un des groupes majeurs du mouvement chillwave, le duo revient à Dour pour une seconde fois avec un nouvel album en poche. Des compositions aux air d’été, d’insouciance et sur lesquelles flotte un réel parfum d’évasion et de liberté.

Électro

Acteur depuis plus de vingt ans dans le domaine, The Chemicals Brothers ont défini une idée de la musique électronique propre à eux en live. Ils adhérent à l’idée que bien au-delà d’une simple expérience auditive, le live doit laisser une trace visuelle dans l’esprit du public. On a hâte de voir ce qu’ils vont proposer dans la version 2018 de leur scénographie ! Fakear est une figure incontournable de la jeune électro française, le producteur offre des musiques aériennes et planantes plutôt commerciales, mais agréables aux voyages ! Aux frontières de l’électro, teintée de R’n’B, Cashmere Cat est également un parfait instrument de dépaysement. Une atmosphère colorée et bon enfant sont présentes dans chacune de ses productions.

Le duo allemand Âme n’est plus à présenter, ils ont retourné les clubs du monde entier à l’aide de leurs productions house mélodiques. Rien qu’à en parler, les notes endiablées du morceau Rej nous reviennent à l’esprit. Pour l’occasion ils seront sous la forme Âme II Âme, signe que les deux comparses seront bien présents sur scène ! Italien d’origine, DJ Tennis bien plus qu’un fin gourmet, est aussi un DJ de renom. Il est le fondateur du label Life and Death, avec notamment des signatures comme Stephan Bodzin, Recondite ou Maceo Plex, en somme un véritable techno héros à l’italienne. On a hâte de tâter ses sons et dégourdir nos jambes en sa compagnie au sein de La Petite Maison dans la Prairie. Producteur d’origine belge, DC Salas distille une électro aérienne et très classe, douce à l’écoute, et très voyageuse. Une découverte à voir au Labo !

DJ Tennis

Techno

La techno sera représenté une fois la nuit tombée à La Caverne. Tout d’abord par I Hate Models proposant un univers sombre, et mélancolique à base de synthé aux mélodies hypnotiques. Il sera suivi par Randomer, une référence de la scène techno londonienne, à la discographie parcourant le spectre des possibles de la techno actuelle. Véritable passionné, il promet de retourner le chapiteau à coup de kicks et sons difformes. Quoi de mieux qu’un des artistes les plus fous de la techno parisienne, DJ AZF, pour conclure cette nuit ? La productrice vue à maintes reprises nous lance toujours des sets hypers efficaces. On se souvient encore des vibrations opérées dans notre cage thoracique lors de son passage à Dour l’année dernière. Une techno sans concession, et lourdement armée !

Drum & Bass

Noisia

Autant vous le dire, la drum and bass n’est pas vraiment notre domaine de prédilection et du coup, on s’est rapproché d’un artiste du genre pour vous conseiller quelques noms ! Noisia et Black Sun Empire sont tous les deux des papas de la scène et font partis des producteurs les plus influents de la scène D&B. Difficile de ne pas vous les recommander du coup ! Mefjus a créé l’évènement lors de la sortie de son dernier album sur le label de Noisia ! Il est actuellement considéré comme l’un des meilleurs techniciens de la scène actuelle ! Eatbrain, c’est l’un des plus gros collectifs de drum and bass au monde. Ils sont spécialisés dans un registre plus orienté dancefloor visant l’efficacité avec un petit côté sombre très assumé. Quoi qu’il en soit, si la D&B est indispensable à ton séjour sur les terres de Dour, profites vraiment du jeudi, car contrairement aux années passées, la scène Balzaal ne lui est dédiée qu’une seule journée !

Métal – Punk

Dead Cross

Malgré son cloisonnement au sein de festivals plus spécialisés, le métal continue à avoir sa place au sein du festival de Dour et on ne peut que s’en réjouir. C’est tout d’abord vers les belges de Wyatt E que nos oreilles se porteront. De (très) longs morceaux entre post-rock et doom, installant une atmosphère des plus enivrantes, dessinant de grands paysages et qui sauront vous faire décoller mentalement. Une expérience musicale qui s’avère déjà très captivante. Dans un registre un peu similaire, on ne manquera pas non plus la venue des suédois de Monolord. En pimentant leur doom métal d’une pointe de stoner, ils nous emmènent vers des contrées plus chaleureuses et désertiques. En véritable rouleau compresseur, ils devraient logiquement et aisément remporter l’adhésion des fans du genre. Si ton truc c’est le hardcore punk, tu pourras sans doute trouver ton bonheur, toujours à la Caverne, avec le groupe Dead Cross. Emmené par Dave Lombardo (ex batteur de Slayer) et avec notamment la présence de Mike Patton au chant, les américains font dans l’intense et l’efficace avec des morceaux courts complètement foutraques.

Jazz – Reggae – Ovni

BADBADNOTGOOD

Depuis le début de la décennie, ils marient jazz et hip-hop avec brio et ont même obtenu des collaborations avec Earl Sweatshirt ou encore Kendrick Lamar. Les canadiens de BADBADNOTGOOD, en plus d’être des musiciens accomplis, parviennent à briser l’image élitiste du jazz, un genre que l’on est ravi de retrouver à Dour. Dans un autre genre, le reggae, même si il n’as plus sa place d’antan, continuera de faire vibrer les festivaliers présents. L’instant fraîcheur de la journée pourrait bien provenir de Hollie Cook, une anglaise de 32 ans à la voix sensuelle versant dans un reggae chaleureux baigné d’une soul réconfortante. Par curiosité, on s’essaiera également au DJ set de Swindle sans vraiment trop savoir où l’on mettra les pieds. Entre dubstep, influence sud-américaine, funk cosmique et électro-jazz, l’anglais a choisi de ne pas choisir et le mélange fonctionne très bien. Un grand écart musical qui sied parfaitement à l’esprit aventureux du festival. Shigeto est un ovni à part entière. Batteur de formation, il mélange en live une performance de percussionniste avec des sons de synthés, et c’est véritablement bluffant ! Tantôt jazzy, tantôt électro, la seule fois où on a eu l’occasion de le voir, il nous a véritablement fait voyager !

  • Joey Bada$$
  • Booba
  • The Chemical Brothers
  • Isha
  • Cashmere Cat
  • Fakear
  • ODESZA
  • Angèle
  • Son Lux
  • BADBADNOTGOOD
  • Âme II Âme
  • Dj Tennis
  • Wyatt E.
  • Monolord
  • Dead Cross
  • I Hate Models
  • Randomer
  • DJ AZF
  • Eatbrain League (Jade b2b Agressor Bunx b2b L 33 ft Coppa)
  • Mefjus feat Maksim MC
  • Noisia dj set feat. 2shy
  • Black Sun Empire feat. Multiplex MC
  • Mugwump
  • DC Salas live band
  • Soldout
  • Shigeto
  • Preditah

Parcours, choix de la sélection et texte réalisés par Vincent & Gauvain