Petit Biscuit sur la scène du Jardin

REPORT – Une journée immersive à Les Nuits Secrètes 2016

15e bougie pour le festival Les Nuits Secrètes, situé dans la petite commune d’Aulnoye-Aymeries, au milieu de l’Avesnois. Étendu sur trois jours, le festival a une identité singulière. Composé de deux scènes dévoilant une programmation solide, d’une Bonaventure, sorte de club du festival, divulguant une programmation pointue pour les danseurs noctambules, le festival ne s’arrête pas là. Sa face cachée se dévoile à l’aide d’une multitude de parcours secrets : concerts où l’on ne connaît ni l’artiste, ni le lieu de représentation en amont.

Installé au cœur de la ville, le festival donne des allures de fête de la musique avec les petites scènes improvisées dans le centre-ville, et une bonne ambiance générale résonnant à travers les rues. Ville lourdement envahie pas des forces policières pour cette édition sous contexte difficile, mais n’affectant en rien la bonne humeur ambiante propre au festival. Fonctionnant à la carte, il est possible de prendre son entrée seulement pour l’une des deux scènes. Avantage indéniable permettant d’assister au festival à moindres frais. Les fouilles accentuées à chaque entrée de scène peuvent s’avérer frustrantes pour voir certains artistes.

Allant de l’habituel burger, aux burritos, en passant par le mafé ou encore les samoussas, la nourriture du festival confiée à une large sélection de food trucks est très plaisante et permet à tous de trouver des mets de qualité adaptés aux envies propres à chacun. Une gastronomie au top.

Culturovore vous fait vivre la journée du samedi comme ci vous y étiez, avec à la carte un parcours secret, de la chanson française, de l’électro, de la pop, et une nuit à la Bonaventure électrique !

Secret n°10

Les parcours secrets permettent au festival de se démarquer de ses concurrents. En effet, le concept d’un parcours est d’acheter une place avec un numéro, sans connaître ni l’artiste qui va se produire, ni le lieu où le concert se déroulera. Le public est invité à prendre place dans un bus décoré et opaque, et à se laisser guider jusqu’au lieu secret. Devant un public ouvert d’esprit, se déroule le concert dans une dimension un peu hors du commun.

François and the Atlas Mountains
François and the Atlas Mountains

Nous avons eu l’occasion d’assister au parcours numéro 10, et après un voyage d’un quart d’heure dans le bus accordéon où une pièce de théâtre un peu particulière s’est déroulée, nous nous sommes arrêtés devant un vieux bâtiment retapé avec des airs de ferme et de petite chapelle. Après avoir traversé les jardins entourant le lieu, nous accueillait le chanteur de François and The Atlas Mountains allongé dans une chaise longue. Un peu plus loin, devant les sièges accueillant le public le reste du groupe. Une fois le public bien installé, le chanteur guitariste rejoint l’espace scénique pour le reste de la performance. Un concert de chanson française et de pop rythmé et efficace. Ambiance décontractée et chaude, la salle assise suit en rythme les pérégrinations de l’artiste. Une superbe surprise, et des artistes se donnant à fond. Le trajet du retour paraît bien plus court, et les personnes encore perdues dans les fragments du concert ont du mal à replonger dans le dénouement de la pièce de théâtre.

Jardin et grande scène

C. Duncan - Le jardin
C. Duncan – Le jardin

On revient à temps pour l’ouverture de la grande scène. Lorsque les premières notes de Hinds résonnent, la large place devant la scène est encore vide pour cause du long contrôle à l’entrée. Groupe de garage rock espagnol composée de quatre filles, elles ont quelques connaisseurs et fans dans les premiers rangs, mais on avoue que le show trop classique nous laisse un peu de pantois. Sans perdre de temps, on file vers le jardin afin d’aller voir le groupe de pop C. Duncan. Jeunes musiciens originaires de Glasgow, les quatre comparses posent une atmosphère très planante sur le jardin. Mélangeant des influences de folk et d’électro, la musique se veut douce, rêveuse, et apaisante. Un groupe idéal pour l’ouverture de la petite scène très portée électro ce soir.

Retour vers la grande scène avec la star Mickey 3D. Le groupe remonte sur scène suite à la sortie d’un nouvel album. Le public est au rendez-vous, fans et nostalgiques se regroupent sur la place. Personnellement, on est un peu déçu par ce concert un peu mou, et des musiciens statiques sur une scène où l’espace n’est pas utilisé au maximum. Les incontournables Respire et Matador fonctionnent tout de même sur le public reprenant en chœurs les refrains.

Petit Biscuit - Le Jardin
Petit Biscuit – Le Jardin

Devant le jardin, la file d’attente pour rentrer est à son comble pour Petit Biscuit, et les retardataires louperont pas loin d’une demie-heure de live du petit génie. Âgé de seulement 16 ans, le producteur rouennais fait la tournée des festivals cet été. Une musique électro très douce, parsemée d’instruments analogiques. Un public conquis d’avance qui après deux morceaux lassine au gré des mélodies. Déjà vu cette année dans d’autres festivals, Petit Biscuit peut se féliciter d’ambiancer chaque nouvelle scène avec brio.

Souchon & Voulzy - La grande scène
Souchon & Voulzy – La grande scène

Mastodonte de la soirée, le concert duo d’Alain Souchon & Laurent Voulzy, est au-delà des attendus. Les deux figures de proue lancent leur live tant attendu devant un public très nombreux d’univers et d’âges variés. Après la célèbre chanson “J’ai 10 ans” d’Alain Souchon accompagné par Laurent Voulzy à la guitare, les deux comparses vont pendant une heure et demie nous proposer tous tubes, d'”Allo maman bobo” à “Foule sentimentale” pour Souchon, et d'”Une fille d’avril” à “Rockollection” pour Voulzy. Forme exceptionnelle à 67 et 72 ans, le show est pro, les lumières suivent agréablement la musique, et le public conquis a des étoiles plein les yeux.

Côté jardin pendant ce temps là nous avons pu voir Flavien Berger. Artiste hybride entre électro et chanson française, il produit un live assez psychédélique à coups de bidouillages in vivo. La musique bien qu’assez chaotique conquiert le public. Autre phénomène de la soirée, Thylacine distille une musique électronique très voyageante. Passé par le classique et le jazz, on sent la maîtrise musicale de l’artiste. Un trip en live desservi par des effets visuels reportés sur les écrans entourant l’artiste. Une chouette performance, et un voyage sonore et optique hors du commun.

Deluxe - Grande scène
Deluxe – Grande scène

Fermant la grande scène, Deluxe, habitué au festival, propose un concert en grande pompe. Efficace, tant par ses déguisements, sa bonne humeur et ses chansons, le show agite le public et conquiert après quelques morceaux les plus récalcitrants à se lâcher. Suivant la voix entre swing et rap et le swing de la chanteuse, les slams et les jumps pleuvent dans le public. Un live parfait pour fermer la grande scène de ce deuxième jour.

Mr. Oizo fermera quant à lui le jardin chaud bouillant en cette fin de soirée. Tel à son habitude, il propose un mix offrant ses pépites, du Gesaffelstein, et des morceaux techno et trap  transformant le public en animaux. À tel point, qu’au bout d’une grosse heure de show, un festivalier se lâche et lance à plusieurs reprises des cacahuètes sur le DJ. Abrégeant net son mix un peu avant la fin, un micro à la main il manifeste son mécontentement violemment “Bonsoir. Je voudrais dire au fils de pute qui me balance des cacahuètes que je l’encule, lynchez-le, remboursez”. Une fin en grande pompe, le public distillant un refrain résonnant pendant un moment “Cacahuète enculé”. Une fin dommageable, mais compréhensible.

Noctambules jusqu’au bout

La Bonaventure se situe en marge de la ville, dans un hangar, au 232U, l’espace un peu à part a des allures de club. À l’intérieur, immersion avec des écrans vidéo, un décor sympa, et de bons lives.

On verra notamment Arnaud Rebotini dans un live. L’homme massif et moustachu aux nombreux synthés délivrera une musique enivrante proche de la techno. Un système son aux petits oignons retranscrivant parfaitement sa musique. L’ambiance y est chaude, et sympa. Autre acteur de la soirée, The Hacker aura la lourde tâche de terminer la seconde nuit du festival. Le DJ et producteur originaire de Grenoble, actif depuis 25 ans dans le domaine nous offre un mix entre techno et new-wave. Une belle conclusion pour cette journée riche en émotions.

Devant la Bonaventure
Devant la Bonaventure

Les Nuits Secrètes est un festival comme on les aime, local, brassant un public d’univers bien distincts, proposant une programmation solide oscillant entre grandes pompes et figures plus pointues. Le tout soutenu par des parcours secrets offrant un vrai avantage et une marque de fabrique. Un petit festival qui assure avec, notamment, de bons systèmes sons, des scènes de qualité, et une gastronomie au top. On espère de tout notre cœur que le festival continuera encore de nombreuses années !

Texte et photos par Camille et Gauvain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*